Présidentielle 2022 : chez Les Républicains, le "baromètre jeunes" décisif pour choisir un candidat

écouter (3min)

Le six candidats au congrès des Républicains se disputent le vote des militants du parti, cible stratégique pour gagner l'investiture.

Article rédigé par
Neïla Latrous - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Guilhem Carayon, président des jeunes Républicains, le 5 septembre 2021 pour la rentrée politique du parti. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Les Jeunes LR revendiquent 11 500 membres sur les 90 000 que compte le parti présidé par Christian Jacob. C'est un peu plus de 12% des cartes, “la première fédération de France”, plastronne l’un des responsables nationaux, qui revendique une “autonomie par rapport aux aînés” : pas question de se faire imposer un candidat par le haut. Les Jeunes LR mettent aussi en avant leur “forte capacité de mobilisation”, leur forte capacité à battre le rappel des troupes. “Nous allons davantage voter que le reste du mouvement”, insiste un junior.

Le vote des jeunes militants est donc un énorme enjeu pour les candidats à l'investiture, dans la perspective du congrès du 4 décembre où les adhérents doivent choisir qui sera candidat de la droite à l'élection présidentielle de 2022. D'autant que Les Républicains ont opté pour un vote entièrement en ligne. Un président de fédération l'admet, “les adhérents LR, plutôt âgés, ne sont pas forcément à l’aise avec le concept de congrès électronique.”

Un grand oral devant les Jeunes LR

Par effet de contraste, la fracture générationnelle va donc encore plus donner de poids au vote jeune. Lesquels vont valoir en outre qu’il y a chez eux une “discipline de vote.” “Si l’on dit ‘votez tous pour untel’, ça votera comme un seul homme”, me confie un jeune LR. Guilhem Carayon, président des jeunes, n’a eu aucun mal à convaincre les six candidats de se prêter au jeu du grand oral pour exposer ses projets en matière d’éducation, d’emploi des jeunes, d’insertion professionnelle, et d’insécurité.

Premier à passer sur le grill, Philippe Juvin, médecin et maire de la Garenne-Colombes, auditionné lundi 18 octobre. Il y aura ensuite un grand oral par semaine, jusqu’au congrès en décembre. Tous les candidats ont confirmé leur participation.

Ciotti et Barnier en tête chez les jeunes

Officiellement, les Jeunes LR ne soutiennent aucun d'entre eux. Guilhem Carayon promet de rester “neutre jusqu’au 4 décembre”, le jour du second tour du congrès. Son équipe explique que l’idée est aussi de garder “jusqu’au dernier moment une capacité d’influence.”

Donc pas de consigne à ce stade. Mais une petite tendance qui se dégage, à en croire un observateur de ces jeunes LR. "Dans cet électorat, ça se jouera entre Ciotti et Barnier." Les deux bénéficient d'une prime à la loyauté, ils n'ont jamais quitté Les Républicains, contrairement à Xavier Bertrand et Valérie Pécresse.

Eric Ciotti, député des Alpes Maritimes, est particulièrement apprécié des jeunes pour ses positions sur l’immigration et la sécurité. Le mouvement junior se décrit comme "plus à droite" que le reste du parti sur ces sujets, quand Michel Barnier, ancien ministre et commissaire européen, est "écouté" sur la question économique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.