Pour draguer de nouveaux électeurs, le RN veut aussi parler d'écologie et d'école

écouter (3min)

Après son succès aux législatives, le Rassemblement National espère encore élargir son électorat. Les équipes de Marine Le Pen préparent de nouveaux sujets pour occuper le terrain. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Marine Le Pen, lors d'une rencontre avec la Première ministre Elisabeth Borne à Matignon, le 22 septembre 2022. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Si vous demandez à un passant dans la rue quels sont les thèmes de prédilection du Rassemblement national, il vous répondra probablement "immigration et sécurité". Deux sujets historiques développés depuis la création du FN il y a 50 ans et indispensables éléctoralement... mais plus suffisants pour aller chercher de nouveaux électeurs. Au RN, la réflexion est donc assez simple : le programme présidentiel de 2022 ne suffira pas pour exister jusqu’en 2027. Il faut donc se renouveler, trouver de nouveaux sujets pour reprendre la main sur l’agenda. En politique, on dit "créer des nouveaux marqueurs" ou "installer de nouveaux clivages".

Le RN veut parler école et écologie

Dans l’entourage de Marine Le Pen, certains réfléchissent, par exemple, à proposer le port de l’uniforme au collège. Un sujet qui permettrait  selon eux  de parler laïcité, autorité et égalité sociale. Une idée qui ne fait pas consensus : "Ca n’intéresse pas Marine", s’amuse ainsi un cadre. 

Par ailleurs, le RN aimerait marquer des points sur l’écologie. "Notre projet est prêt mais on ne nous entend pas", déplore un député. Aucun doute que le "localisme" va revenir dans les éléments de langage sur les plateaux télé, au même titre que l’énergie ou le pouvoir d’achat où le RN est déjà bien présent..  

Porter des nouveaux sujets à l'Assemblée 

Pour pousser ses sujets, le RN a joué un coup tactique à l'Assemblée Nationale : l’opposition a droit à ce qu’on appelle une "niche parlementaire", une séance où l’ordre du jour est décidé par les députés eux-mêmes. Le RN aurait dû avoir sa journée en octobre mais le groupe a préféré décaler sa niche en janvier. "Ca nous laisse plus de temps pour sentir le pays et mieux cibler une proposition de loi", décrypte un responsable. En janvier, le RN compte ainsi proposer un sujet autour du pouvoir d’achat ou de l’énergie, un sujet pour apparaître proche des préoccupations des Français qui souffriront cet hiver.

Pendant la campagne présidentielle, les instituts de sondage avaient mesuré que la concurrence d’Eric Zemmour avait permis à Marine Le Pen d’adoucir son image dans l’opinion. Alors que la Nupes est en difficulté avec ses affaires, le RN, toujours en quête de respectabilité, compte bien profiter de la période pour installer l’image d’un parti sérieux et prêt à gouverner.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.