Cet article date de plus d'un an.

"On se fait balader" : le MoDem s'impatiente alors que l'Elysée n'avance pas sur la proportionnelle aux législatives

Jeudi 12 janvier à l’Assemblée Nationale, le Rassemblement national propose une loi pour rétablir une dose de proportionnelle lors des élections législatives. Un sujet sur lequel Emmanuel Macron avait promis une commission transpartisane... qui n'a toujours pas été mise en place.
Article rédigé par Jean-Rémi Baudot
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le président de la République Emmanuel Macron et le leader du MoDem François Bayrou à l'Elysée, à Paris, le 12 décembre 2022 (GONZALO FUENTES / POOL / REUTERS POOL)

La proportionnelle, ce mode de scrutin si évident sur le papier où le nombre de sièges à l’Assemblée nationale serait partagé en fonction du nombre de voix. Ces dernières années, ils sont nombreux à avoir déposé des propositions de loi sur le sujet : le MoDem, la France Insoumise ou encore le RN.  Le parti d’extrême droite remet la proportionnelle sur la table jeudi 12 janvier, à l’occasion de ce qu’on appelle sa "niche parlementaire".

Sauf surprise majeure, la proposition de loi du RN n'a aucune chance de passer. La plupart des députés refusent de voter des textes proposés par le Rassemblement national, et l’état-major du RN le sait bien. Un conseiller s'en désole : "On verra bien qui se bat pour l’intérêt général."  Le RN risque donc d’être seul, car même le MoDem, pourtant partisan de la proportionnelle, ne votera pas son texte. Officiellement, le parti centriste affirme que le timing n’est pas bon et qu’il n’y a pas de consensus sur le sujet. 

La vérité, c’est que le MoDem attend surtout que le sujet bouge au niveau de l’exécutif. Les centristes avaient déposé un texte sur la proportionnelle en octobre avant de le retirer sous la pression. Le MoDem avait été sommé d’attendre une commission transpartisane promise par Emmanuel Macron.... sauf qu’elle n’est toujours pas là. "On l’attendait à l’automne... et l’automne est passé", s’agace un membre du MoDem, où beaucoup commencent à trouver le temps long.

Le MoDem menace de redéposer une proposition de loi en 2023

Un retard alors même que les sondages montrent que les Français sont plutôt pour la proportionnelle. Et lors de la dernière présidentielle, 7 candidats sur 12  y étaient aussi favorables. L’argument de l’Elysée, c’est que cette modification doit être pensée au milieu d’une réforme institutionnelle plus large.

>> L'Assemblée nationale ressemble-t-elle à ce qu'elle aurait été si les députés étaient élus à la proportionnelle 

Le MoDem tente de garder la foi. Lundi à son séminaire de rentrée, le sujet a encore été abordé. Et c’est même le conseiller "institutions" du président Macron qui est venu leur en parler. "On se fait balader", grogne une ancienne députée centriste. Le MoDem rappelle que sa proposition de loi, retirée en octobre, est toujours valable. L’Elysée est prévenu. Si cela ne bouge pas très vite sur la proportionnelle, le MoDem reviendra à la charge avant la fin 2023.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.