Le brief politique, France info

Les opposants à la privatisation d’ADP s’invitent au congrès des maires

Des dizaines de parlementaires viendront ce mercredi au congrès de l'AMF pour indiquer aux maires comment faire signer la pétition en faveur du référendum.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Campagne pour le référendum d\'initiative partagée lancé contre la privatisation d\'ADP, à Marseille le 5 octobre 2019
Campagne pour le référendum d'initiative partagée lancé contre la privatisation d'ADP, à Marseille le 5 octobre 2019 (GERARD JULIEN / AFP)

Ce matin dans les allées du congrès, des dizaines de parlementaires bardés de leur ceinture tricolore viennent faire la promotion du référendum sur la privatisation d’ADP. Les élus distribueront une lettre aux maires pour leur indiquer comment collecter les signatures dans leur commune.

Pour l’instant, ils sont loin du compte : 924 000 signatures récoltées, il en faut plus de 4 millions 700 000 d’ici au 12 mars pour lancer ce référendum d’initiative partagée (RIP). Dans cette lettre, ils donnent une sorte de mode d’emploi. Ils expliquent aux maires qu’ils peuvent installer un accès internet dans leur mairie, demander à la préfecture l’habilitation pour remplir les formulaires papier, et même communiquer sur le référendum dans le journal de la commune.

Les 248 parlementaires de droite et de gauche opposés à la privatisation d’ADP espèrent franchir la barre symbolique du million de signatures dans les jours qui viennent. Ils demanderont alors un entretien à Emmanuel Macron pour qu’il abaisse le seuil de déclenchement du RIP à cette barre du million.

Campagne pour le référendum d\'initiative partagée lancé contre la privatisation d\'ADP, à Marseille le 5 octobre 2019
Campagne pour le référendum d'initiative partagée lancé contre la privatisation d'ADP, à Marseille le 5 octobre 2019 (GERARD JULIEN / AFP)