Cet article date de plus de cinq ans.

Le brief politique : Macron présentera son diagnostic en province

écouter (4min)

Après un discours sur l'Europe samedi 24 septembre à Lyon, l'ex-ministre de l'Economie devrait livrer son diagnostic autour du 3 octobre au cours d’un meeting en province. C'est l'info du brief.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'Europe est au coeur de l'intervention d'Emmanuel Macron samedi 24 septembre.  (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Emmanuel Macron va dévoiler sa vision de l’Europe ce samedi au cours d'un colloque des réformistes européens à Lyon. Ce sera un moment "important", confidence d’un membre de l’équipe d’Emmanuel Macron, qui traite par le mépris les défections d’invités prestigieux, Matteo Renzi, ou Pierre Moscovici que François Hollande aurait appelé en personne pour le dissuader d’y aller.

Commentaire acide du clan Macron : "Normalement les gens qui nous gouvernent devraient avoir mieux à faire."

Et sur le fond du nouveau dans son discours sur l’Europe?

Je risque de vous décevoir, mais non pas de propositions : Manuel Macron va redire qu’il place l’Europe au cœur de son projet. Il veut qu’elle pèse davantage, et que les citoyens soient parties prenantes de ce projet.

Alors après ce grand discours sur l’Europe, l'ex-ministre de l'Economie ira à Besançon mardi. Et puis il va enfin livrer son diagnostic, première étape avant une éventuelle candidature. C'est prévu autour du 3 octobre au cours d’un meeting en province.

Toujours des répliques après "les gaulois" de Nicolas Sarkozy

Il y a d’abord eu le tweet d’Alain Juppé sur la nullité de ce débat. Et puis la réaction du premier ministre Manuel Valls depuis le Sénégal où il est en déplacement : "Si nous sommes français, ce n'est pas à travers nos origines, nos religions ou notre couleur de peau? C'est parce qu'il y a une histoire que nous partageons…"

Et Nicolas Sarkozy, comment est-ce qu’il encaisse tout ça ?

En rendant les coups, comme d’habitude. Et sur BFMTV, il frappe d’abord son principal concurrent de la primaire : "Je ne polémiquerai pas, ni avec Juppé ni avec qui que ce soit. Dire que les autres sont nuls, c'est classique. Je suis certain qu'Alain avec les grandes qualités qui sont les siennes va nous redresser ça à lui tout seul, je lui fais confiance…"

Marine Le Pen essaie de séduire les profs

Jeudi, elle leur a consacré sa première convention présidentielle. La patronne du FN cherche elle aussi à élargir son électorat et c'est vers les enseignants qu’elle se tourne avec de plus en plus de succès. Ils étaient 5% à voter pour elle en 2012, 10% lors des dernières régionales. Le président du collectif enseignant du FN Alain Avélo a bon espoir de doubler ces scores : "Mes espoirs ne m'apparaissent pas démesurés…"

Et est donnée grande gagnante d’un nouveau sondage

La présidente du FN est qualifiée pour le second tour de la présidentielle dans tous les cas de figure. François Hollande est éliminé dès le premier  tour quelles que soient les hypothèses, c’est le résultat d’un sondage Elabe pour les Echos. Emmanuel Macron est devant le chef de l’Etat mais il n’arrive pas non plus à se qualifier pour le second tour.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Le brief politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.