Cet article date de plus de cinq ans.

Le brief politique. Les perdants de la présidence des Républicains reprochent à Laurent Wauquiez d'être sous-représentés

écouter (4min)

Laurent Wauquiez est critiqué par ses anciens concurrents à l'élection pour la présidence des Républicains, car il ne laisse pas assez de place à leurs amis dans les instances du parti. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Conférence de presse du nouveau patron des Républicains, Laurent Wauquiez, le 13 décembre 2017. (MAXPPP)

Maël de Calan et Florence Portelli sont furieux parce que le nouveau patron des Républicains, Laurent Wauquiez ne laisse pas assez de place à leurs amis dans les instances du parti. Il leur avait pourtant promis qu’ils seraient représentés proportionnellement à leurs résultats de la primaire.

Mais le compte n’y est pas : seulement une place pour chacun à la commission d’investiture et dix sièges pour les deux perdants au bureau politique. Sur 80, cela ne pèse pas lourd. Le juppéiste Mäel de Calan et l’ex-filloniste Florence Portelli dénoncent ainsi un verrouillage du parti, alors que Laurent Wauquiez clame partout sa volonté de rassembler toute la famille.  

La note du brief  

Un 3/20 pour le jeune député LR Robin Reda qui s’est fait remonter les bretelles mercredi soir en Commission des lois à l'Assemblée nationale par sa présidente, Yaël Braun-Pivet, parce que le député a fait fuiter dans les médias leur rapport sur le cannabis qu’il a écrit avec un autre député. L’échange a été musclé. "Je suis un petit peu énervée parce que j’ai eu un SMS tout à l’heure d’un média qui me demandait de suspendre la commission des lois pour que l’un des deux rapporteurs puisse aller en plateau. Je trouve ça particulièrement scandaleux et je tenais à vous le dire", lui lance-t-elle.

Désinvolte, Robin Reda répond : "Merci pour ces rappels quasi-maternels à notre endroit". "J’adore vos réflexions forts misogynes, monsieur Reda", lui rétorque-t-elle, très en colère. "Je dis ça parce que vous pourriez-être ma mère", répond le jeune député. Misogyne et goujat, cela vaut bien un 3/20 pour le Républicain Robin Reda.        

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.