Le brief politique, France info

Le brief politique. La lettre ouverte d'Olivier Faure aux députés LREM pour qu'ils amendent le budget 2018

Le patron des députés socialistes appelle ses anciens camarades passés à la République en marche à amender le budget 2018, dans une lettre ouverte adressée mardi 3 octobre.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Dans sa lettre, Olivier Faure pointe ce qu’il appelle les \"cadeaux fiscaux\" d’Emmanuel Macron aux plus riches.
Dans sa lettre, Olivier Faure pointe ce qu’il appelle les "cadeaux fiscaux" d’Emmanuel Macron aux plus riches. (Eric Feferberg / AFP)

Le bras de fer continue entre l’opposition et le gouvernement sur le budget. En témoigne cet appel d’Olivier Faure, le patron des députés socialistes, à ses anciens camarades passés à la République en marche.

Le député a ainsi envoyé une lettre à tous les députés de La République en marche, au nom du groupe Nouvelle gauche qu’il dirige. Le message, en substance, est "Ressaisissez-vous". Olivier Faure essaie d’infléchir leurs choix à quelques jours des débats en séance à l’Assemblée sur le budget 2018, lesquels démarrent le 17 octobre. Dans sa lettre, il pointe notamment ce qu’il appelle les "cadeaux fiscaux" d’Emmanuel Macron aux plus riches : la "flat tax", le prélèvement forfaitaire unique sur les revenus du capital et, surtout, l’ISF immobilier.

>> Consultez la lettre ouverte d'Olivier Faure

Il en appelle à la conscience de ses anciens collègues, socialistes, écologistes ou centristes, passés à la LREM : "Nombre d’entre vous, qui avez combattu avec vigueur le bouclier fiscal de Nicolas Sarkozy, ne pouvez assumer d’être les auteurs d’une véritable "armure fiscale". Et, argument ultime d’Olivier Faure : "Ce rendez-vous, ce n’est pas avec le président de la République que vous l’aurez, mais avec les Français."

Dans sa lettre, Olivier Faure pointe ce qu’il appelle les \"cadeaux fiscaux\" d’Emmanuel Macron aux plus riches.
Dans sa lettre, Olivier Faure pointe ce qu’il appelle les "cadeaux fiscaux" d’Emmanuel Macron aux plus riches. (Eric Feferberg / AFP)