Le brief politique , France info

Le brief politique. Et si Ségolène Royal se présentait à la place de François Hollande?

Une femme va peut-être vouloir jouer le premier rôle dans la primaire de la gauche. Cette femme c’est Ségolène Royal. Et si elle se présentait à la place de François Hollande? C’est l’hypothèse qui commence à émerger à gauche.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Ségolène Royale à Brest en mai 2016  
Ségolène Royale à Brest en mai 2016   (FRED TANNEAU / AFP)

L’hypothèse parait folle et pourtant, elle court chez les socialistes. Et si Ségolène Royal se présentait à la place de François Hollande ?

Elle serait déjà dans les startings blocks

Dans le camp de Benoit Hamon, par exemple, un proche du frondeur explique qu’il ne croit pas un instant à la candidature de François Hollande. Il est persuadé que Manuel Valls et Ségolène Royal seront tous les deux candidats à la primaire. Chez les écologistes, tendance Duflot, l’hypothèse tourne aussi, un responsable du parti est persuadé que l’ancienne candidate de 2007 est dans les startings blocks, prête à prendre sa revanche.

Ségolène Royal "creuse son sillon" 

Ce même élu relève les sorties de route de Ségolène Royal : sur les boues rouge, sur l’évacuation de Notre-Dame-des-Landes. Il observe que la ministre de l’Ecologie s’oppose frontalement à Manuel Valls,  "elle creuse son sillon" estime cet observateur. Il note aussi qu’elle est la seule à avoir déjà séduit 17 millions d’électeurs et qu’elle a des atouts : son concept d’ordre juste colle parfaitement au moment. Mais évidemment, tant que François Hollande n’aura pas tranché elle ne sortira pas du bois

Des révélations de François Hollande dans une interview de l'Obs

François Hollande qui est partout en ce moment. Il y a les révélations d’un nouveau livre et puis son interview dans l’Obs (à paraître jeudi 13 octobre). "J’ai mené une politique de gauche" se défend François Hollande dans cette interview. Il fait son inventaire, regrette la déchéance de nationalité. Et puis François Hollande change de cible, il vise maintenant Alain Juppé "ce qu’il propose" dit le président, "ce n’est pas l’identité heureuse, mais la solidarité malheureuse."

Alain Juppé a eu droit à la réplique de Nicolas Sarkozy mardi 11 octobre en meeting en Haute-Savoie

Le maire de Bordeaux qui en retour l’a attaqué sur le terrain judiciaire : "Vous savez, il vaut mieux avoir un passé qu’un avenir judiciaire". Nicolas Sarkozy qui lui a trouvé un nouveau surnom bien sympathique "Juppé le ravi de la crèche.."

A suivre mercredi 12 octobre

Le marathon mosellan d’Arnaud Montebourg, pendant trois jours le candidat à la primaire sera sur les terres des anciens d’Arcelor Mittal notamment à Hayange et Florange. Manuel Valls, lui décolle pour le Canada, il va rencontrer le Premier Ministre Justin Trudeau. Et le patron du Parti Radical Laurent Hénart devrait annoncer son soutien à Alain Juppé au cours d’une conférence de presse.

La note du Brief

C’est un 3/20 pour François Hollande, décidément trop bavard. Il s’est confié à deux journalistes du Monde et ça donne un livre truffé de petites phrases assassines et définitives sur l’immigration : "Je pense qu’il y a trop d’arrivées... et qu’il y ait un problème avec l’Islam, c’est vrai." Et puis Nicolas Sarkozy en prend plein la figure, c’est le "le petit de Gaulle"  "un lapin Duracell ", François Hollande déteste "sa grossièreté, son cynisme." Et malgré tout, il appellera à voter Sarkozy en cas de second tour avec Marine Le Pen. 

 

 

Ségolène Royale à Brest en mai 2016  
Ségolène Royale à Brest en mai 2016   (FRED TANNEAU / AFP)