Le brief politique, France info

Le brief politique. Emmanuel Macron se rend en Corse mardi sans programme pour l’instant

Le président de la République, qui doit rejoindre la Corse mardi, n’a pas encore arrêté tous ses rendez-vous, lors de ce déplacement qui s’annonce complexe.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Les deux têtes de l’exécutif local, Gilles Siméoni (à droite) et Jean Guy Talamoni (à gauche), n’ont pas encore de rendez-vous avec Emmanuel Macron
Les deux têtes de l’exécutif local, Gilles Siméoni (à droite) et Jean Guy Talamoni (à gauche), n’ont pas encore de rendez-vous avec Emmanuel Macron (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

Emmanuel Macron n’a pas encore calé tous ses rendez-vous en Corse. Le déplacement, prévu mardi 6 février, s’annonce compliqué et son programme pas encore vraiment défini. Chose inhabituelle, les deux têtes de l’exécutif local, Gilles Siméoni et Jean Guy Talamoni, n’ont pas encore de rendez-vous : Emmanuel Macron devrait les voir mardi soir à l’assemblée de Corse.

En revanche, d’après nos confrères de France Bleu Corse Frequenza Mora, le président va sans doute annuler sa visite à Bonifacio : il n’aurait pas apprécié que le maire LREM vote une résolution présentée par les nationalistes. À l’Elysée, on confiait dimanche soir que le programme était en train d’être affiné et qu’il serait dévoilé dans la journée de lundi.

La note du brief

La note du jour est un 14/20 en récupération pour Anne Hidalgo et la fondation de Yann-Arthus Bertrand, qui a affublé le zouave d’un gilet de sauvetage. Alors que la Seine est en crue et la statue du pont de l’Alma a de l’eau jusqu’aux cuisses, l’idée est d’alerter sur les conséquences du dérèglement climatique. La maire de Paris approuve l’initiative.

Les deux têtes de l’exécutif local, Gilles Siméoni (à droite) et Jean Guy Talamoni (à gauche), n’ont pas encore de rendez-vous avec Emmanuel Macron
Les deux têtes de l’exécutif local, Gilles Siméoni (à droite) et Jean Guy Talamoni (à gauche), n’ont pas encore de rendez-vous avec Emmanuel Macron (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)