Le brief politique, France info

Le brief politique. Affaire Pénélope Fillon : un plan B, comme Baroin

François Fillon était jeudi soir en déplacement dans les Ardennes. Un candidat mis en danger par l’affaire Pénélope Fillon et attaqué dans son propre camp, notamment par les soutiens de Nicolas Sarkozy. François Baroin fait office de plan B.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
François Baroin, le 29 janvier 2017, lors du meeting de François Fillon à la Villette, à Paris.
François Baroin, le 29 janvier 2017, lors du meeting de François Fillon à la Villette, à Paris. (?QUENTIN VEUILLET /WOSTOK PRESS / MAXPPP)

Alors que François Fillon était de retour sur le terrain avec un meeting jeudi 3 février dans les Ardennes, et qu’il tente toujours de désamorcer la polémique autour de l’affaire Pénélope, un plan B se prépare dans son propre camp. Un plan B comme Baroin, François Baroin, le maire de Troyes et sénateur de l’Aube.

"Nicolas Sarkozy manipule François Baroin"

Selon un ténor du parti Les Républicains, François Baroin "joue un double jeu". "Il tente un putsch à deux balles, poursuit cet élu. C’est Nicolas Sarkozy qui le manipule. C’est une opération de déstabilisation pour se venger de François Fillon." 

C’est vrai que les sarkozystes sont revenus à la charge jeudi, avant le meeting. Renaud Muselier, député Les Républicains, vice-président de la région PACA, "François Fillon n’est plus en capacité de défendre son projet". Sébastien Huyghe, député du Nord, a réclamé d’urgence la convocation du bureau politique pour trancher.

Laurent Wauquiez et Jean-Frédéric Poisson mettent la pression

Mais ils ne sont pas les seuls à rêver d’un autre candidat. Selon un soutien de Nicolas Sarkozy, Laurent Wauquiez est lui aussi à la manœuvre pour son propre compte. "Il y a des doutes, mais il faut laisser à François Fillon la possibilité de les lever, explique Laurent Wauquiez. S'il ne les lève pas, il faudra qu'on en tire les conséquences".

Jean-Frédérique Poisson pousse aussi François Fillon vers la sortie. Le président du Parti chrétien-démocrate lui donne 48 heures pour s’expliquer. Il verrait bien le président du Sénat, Gérard Larcher, comme nouveau candidat.

La note du brief

C’est un 18 sur 20 pour Patrick Balkany. C’est la note du mauvais perdant. Il n’a pas du tout aimé que son parti ne valide pas son choix pour le remplacer à l’assemblée. Les Républicains ont investi un autre candidat pour les législatives à Levallois-Perret.

En réponse, Patrick Balkany et ses amis ne font plus campagne pour François Fillon. Ils ont décroché ses affiches de la permanence et ils refusent désormais de verser leurs cotisations au parti.

François Baroin, le 29 janvier 2017, lors du meeting de François Fillon à la Villette, à Paris.
François Baroin, le 29 janvier 2017, lors du meeting de François Fillon à la Villette, à Paris. (?QUENTIN VEUILLET /WOSTOK PRESS / MAXPPP)