Le brief politique, France info

Il y aura un remaniement après les européennes, "pour signifier l'acte II du quinquennat"

Si Édouard Philippe assure que toutes les conditions sont réunies pour son maintien à Matignon, un remaniement se profile tout de même. Son importance dépend du score aux européennes.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le Premier ministre Edouard Philippe entouré de plusieurs des membres de son gouvernement, lors d\'une conférence de presse à Strasbourg le 11 avril 2019
Le Premier ministre Edouard Philippe entouré de plusieurs des membres de son gouvernement, lors d'une conférence de presse à Strasbourg le 11 avril 2019 (FREDERICK FLORIN / AFP)

Le remaniement se profile après les européennes, quel que soit le résultat, "ne serait-ce que parce que certains ministres ont des ambitions municipales", chuchote un cadre du parti. Tout ministre qui voudrait faire campagne pour remporter une ville devra partir, comme l'ont déjà fait Benjamin Griveaux et Mounir Mahjoubi. L'importance du remaniement dépendra du score aux européennes, précise ce cadre.

Mais de toute façon ce remaniement est indispensable, "pour signifier l'acte II du quinquennat", avance un poids lourd du gouvernement. Cela passe-t-il par un changement de Premier ministre ? Oui, réclame l'aile gauche du groupe à l'Assemblée, qui souhaiterait une personnalité issue du PS comme Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires étrangères.

À l'inverse, une ministre ne voit pas l'intérêt de changer, surtout que le couple exécutif s'entend bien selon elle. Pour un membre du gouvernement issu de la gauche, le remaniement amènerait une rupture avec le début du quinquennat tout en gardant le cap... Le changement dans la continuité.

Laurent Wauquiez répond à Édouard Philippe

Le Premier ministre critiquait la veille sur franceinfo la "droite Trocadéro", cette droite qui a continué de soutenir François Fillon dans la présidentielle malgré sa mise en examen. Laurent Wauquiez, patron des Républicains dénonce "les insultes à répétition" du Premier ministre. "Il y a souvent beaucoup de mépris pour ceux qui ne partagent pas leurs idées", estime Laurent Wauquiez.

Le ralliement du jour

L'ancien bras droit d'Arnaud Montebourg appelle à voter pour la liste communiste conduite par Ian Brossat. Patrice Prat, ex-député socialiste frondeur du Gard, a quitté le PS en 2016, au moment des débats sur la déchéance de nationalité. La liste communiste reste sous la barre des 5% dans les sondages, c'est le seuil minimal pour envoyer des élus à Strasbourg.

Le Premier ministre Edouard Philippe entouré de plusieurs des membres de son gouvernement, lors d\'une conférence de presse à Strasbourg le 11 avril 2019
Le Premier ministre Edouard Philippe entouré de plusieurs des membres de son gouvernement, lors d'une conférence de presse à Strasbourg le 11 avril 2019 (FREDERICK FLORIN / AFP)