"Horizons, c'est une écurie présidentielle" : pourquoi Edouard Philippe mise sur les maires pour viser l'Elysée

écouter (3min)

Cette semaine se tient à Paris le Salon des maires. Les maires, un enjeu politique notamment pour Edouard Philippe. L’ancien Premier ministre fait tout pour qu’ils adhèrent à son parti.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'ancien Premier ministre Edouard Philippe en visite au 104e Congrès des maires, à Paris Expo Porte de Versailles, le 22 novembre 2022 (OLIVIER LEJEUNE / MAXPPP)

De la charcuterie, des petits sandwichs et évidemment quelques bouteilles de Corona... C’était une ambiance détendue et informelle, mardi 22 novembre, au QG d’Horizons à Paris. Autour d’Edouard Philippe, les cadres du parti; une poignée de ministres mais surtout des maires Horizons. Certains avaient ramené avec eux d’autres élus, pas encore adhérents mais intéressés. Entre deux gorgées de bière, Edouard Philippe leur a distillé un message important : il faut continuer d’implanter Horizons sur le terrain. 

Horizons, un an d’existence, et quelque 20  000 adhérents répartis dans environ 650 comités locaux. En coulisses, le parti vise d’ailleurs le chiffre de 1  000 comités : "Il faut qu’on soit là où les autres partis ne s’implantent pas", résume un député Horizons. Objectif : les petites villes et chefs-lieux. Un ancrage local important car Horizons compte bien peser lors des prochaines élections sénatoriales. "On espère un groupe au Sénat", confirme un fidèle d’Edouard Philippe. C’est pour cela que ce dernier a longuement déambulé mardi au Salon des maires.  Selfies, bains de foule, l’ancien Premier Ministre a pu mesurer sa popularité auprès des élus.

Les communes comme un tremplin pour la présidentielle ? 

C’est grâce à l’échelon local qu’Edouard Philippe veut viser le national. "Horizons, c’est une écurie présidentielle", confie très directement le maire d’une grande ville, proche d’Edouard Philippe. Une affirmation que personne ne dira dans un micro  :  Edouard Philippe et son entourage savent bien que quatre ans avant 2027, il est inutile voire contreproductif d’afficher publiquement ses ambitions. Politiquement, c’est risqué. Qui sait ce qui va se passer d’ici là  ? Et, à part dans les partis politiques, qui pense réellement déjà à 2027 ?

Alors d’ici là, il faut rester dans l’ombre et tenter de peser dans les débats. "Edouard prend de la hauteur, il fuit les petites phrases et évite les polémiques", décrypte l’un de ses conseillers. Une stratégie qui, pour l’instant, le place très haut dans les enquêtes d’opinion…  

En attendant, Edouard Philippe structure donc son parti. La première année d’Horizons a mis en lumière que l’échelon municipal n’était pas toujours le plus pertinent. Un petit problème pour un parti qui se base sur des communes. Comment mobiliser des militants quand une commune n’a qu’un ou deux adhérents  ? Selon nos informations, le parti réfléchit donc à créer un nouvel échelon départemental.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.