Élection présidentielle : Xavier Bertrand veut priver Marine Le Pen de second tour

écouter (3min)

Et si Marine Le Pen échouait à se qualifier pour le second tour de la présidentielle ? Les proches de Xavier Bertrand croient de plus en plus à ce scénario.

Article rédigé par
Neïla Latrous - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le président du Conseil régional des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, à l'issue du second tour des élections régionales et départementales, le 27 juin 2021 à Saint-Quentin (Aisne) (FRED HASLIN / MAXPPP)

Ce n'est pas le scénario qu’annoncent aujourd’hui les sondages, mais qu’importe. Dans l’entourage de Xavier Bertrand, on est prêt à prendre ce pari - "un peu fou", reconnaît un proche - que Marine Le Pen échoue à accéder au second tour de la présidentielle. "Oui, il y a une possibilité qu’elle finisse troisième", assure un soutien du président des Hauts-de-France, quand un autre juge que la messe n’est pas dite. "Ce sera soit elle, soit Emmanuel Macron au second tour, mais pas les deux", prédit un conseiller.

Ce dernier juge que la cote de popularité de l’actuel chef de l’Etat le protège davantage des accidents de parcours. Là où celle de Marine Le Pen serait plus friable. Et ces enseignements sont tirés du seul résultat des régionales, ou plutôt de la campagne qui a précédé.

Le Pen "meilleure assurance vie" de Macron

Les échanges que Xavier Bertrand a pu avoir avec des électeurs, dans des bastions du Rassemblement national, l’ont amené très tôt à annoncer à ses équipes que ces électeurs ne se déplaceraient pas le jour du vote. "Ses électeurs ont compris qu’elle ne gagnera jamais, relate l’un des membres de l’équipe Bertrand. Donc qu’elle devient la meilleure assurance vie d’Emmanuel Macron."

Et le même de poursuivre : "Elle a perdu en vote utile, donc ça libère un espace." Et puis il y a la menace Eric Zemmour, prise au sérieux à droite, tant qu’elle reste un problème pour Marine Le Pen, c’est-à-dire tant qu’Eric Zemmour utilise sa tribune pour attaquer la crédibilité de la candidate du Rassemblement national.

Mais attention à ne pas trop en faire, met en garde un parlementaire : "Les clins d’oeil à Zemmour, ça peut aussi nous mettre dedans si ça recrée du clivage à droite" entre ceux qui adhèrent à la ligne du chroniqueur, et ceux qui la jugent trop radicale.

Du RN jusqu'à la gauche

Xavier Bertrand a une autre raison de penser qu’il peut priver Marine Le Pen de second tour : son "jeu de jambes assez large", dixit un proche. Comprendre : "Bertrand peut mordre sur l’électorat du Rassemblement national, et convaincre jusqu’à des électeurs de gauche."

Là, ce sont ses résultats dans les Hauts-de-France qui sont mis en avant. Les résultats des départementales : recul partout du Rassemblement national, et une majorité de cantons remportés par la droite, alors même que la région est historiquement de gauche. Autour de Xavier Bertrand, on veut y voir la preuve qu’il peut finalement convaincre des électeurs d’horizons très divers. C'est peut-être là aussi un pari "un peu fou."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Le brief politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.