Cet article date de plus d'un an.

Ventes de voitures neuves en 2023 : quels sont les constructeurs qui s'en sortent le mieux ?

Les ventes de voitures neuves progressent en Europe. Février est le 7e mois consécutif de hausse des immatriculations.

Article rédigé par Fanny Guinochet
Radio France
Publié
Temps de lecture : 4 min
Des voitures neuves sur le parking de l'usine Volkswagen à Zwickau (Allemagne). (GETTYIMAGES)

Selon l’association des constructeurs européens d’automobiles, les ventes repartent. Malgré l’inflation, on a dépassé les 800 000 immatriculations le mois dernier, soit une hausse de 11% sur un an. Précisons toutefois qu’on est encore loin des niveaux d’avant Covid.

>> Pouvoir d'achat : les astuces pour faire des économies chez le garagiste

C’est une hausse, certes, mais par rapport à un mois de février 2022 qui était un peu particulier, puisque à l'époque, il avait été plombé par les pénuries de composants électroniques. Justement, si le marché des voitures neuves retrouve des couleurs, c’est parce que les chaînes de productions tournent comme avant. Avec la reprise de l'activité en Chine, les problèmes de logistique sont en partie terminés. Résultat : en Italie, Espagne ou encore dans l’Hexagone, ce rebond des immatriculations est réel.

Les achats de véhicules électriques sont souvent dopés par des aides d'Etat, type bonus, mais ils représentent maintenant 12% du marché européen. Les hybrides, elles, représentent un quart des nouvelles immatriculations. En revanche, comme on pouvait s’y attendre, les moteurs diesel, sont en net recul. Les voitures à essence, elles, continuent de dominer le marché : c'est près de 40% des ventes. Un chiffre finalement assez stable sur un an.

Volkswagen, le grand gagnant 

Parmi les constructeurs qui profitent le plus de cette reprise est, de loin, Volkswagen qui, à lui seul, réalise un quart de ces ventes ! Toutes les marques du groupe trouvent preneur : +19% pour Audi, +39% pour Porsche… Et Volkswagen a bien l’intention de garder son avance : la semaine dernière, le groupe allemand a annoncé 180 milliards d’euros d’investissement dans les cinq ans à venir, sur la production de cellules de batteries électriques.

A noter que l’autre gagnant s'appelle Renault. Le groupe au losange représente désormais plus de 10% du marché européen. Il doit en grande partie ce succès à Dacia. En période d’inflation élevée, sa marque de véhicules à petits prix cartonne.

Le japonais Toyota tire aussi son épingle du jeu. En revanche, Stellantis, pourtant, deuxième constructeur automobile européen, peut être déçu : le groupe est notamment plombé par les mauvaises performances de Citroën.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.