Le brief éco, France info

Vaccin contre le Covid-19 : les biotechs à la pointe de la recherche

Dans la course au vaccin contre le Covid-19, les biotech occupent une place de choix, avec des essais cliniques de phase 2 ou 3, non loin du duo Pfizer-BioNTech ou du mastodonte AstraZeneca.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le siège de BioNTech, à Mainz, en Allemagne.
Le siège de BioNTech, à Mainz, en Allemagne. (YANN SCHREIBER / AFP)

Dans la course au vaccin contre le coronavirus Covid-19, c’est donc Pfizer qui prend l’avantage. Le sien serait "efficace à 90%". Mais ce succès c’est aussi celui de BioNTech, associé pour l’occasion au géant américain. Cette biotechnologique allemande est spécialisée dans la recherche contre le cancer et les maladies rares. BioNTech un nom quasi-inconnu jusqu’ici. Il faut dire que ce très discret laboratoire rhénan n’a encore jamais commercialisé le moindre vaccin. Pourtant, Pfizer travaille avec lui depuis deux ans déjà sur des remèdes très ciblés faisant appel à l’immunologie. La recherche de BioNTech s’appuie sur ce que l’on appelle l’ARN messager. C’est d’ailleurs cette technique, très prometteuse, qui est à la base de son candidat-vaccin contre le Covid.

Pfizer met à disposition sa force de frappe

Avec ce partenariat, Pfizer s’appuie sur une biotech innovante, qui lui apporte son expertise de pointe. En échange, l’Américain met à disposition sa force de frappe, que seuls des groupes pharmaceutiques de sa taille peuvent assurer, pour produire et distribuer un vaccin à des centaines de millions d’exemplaires à travers le monde. Les biotechs commencent clairement à devenir incontournables dans la recherche contre le Covid. Quand on regarde les laboratoires dont les vaccins sont les plus avancés dans cette course de fond, on voit que les biotech y occupent une place de choix, avec des essais cliniques de phase 2 ou 3.

Non loin du duo Pfizer-BioNTech, ou du mastodonte AstraZeneca, on trouve Moderna, une biotech américaine fondée par un Français, et qui avait déjà fait parler d’elle l’été dernier alors qu’elle semblait virer en tête. Moderna qui développe également un vaccin basé sur la technique de l’ARN messager. Autre biotech américaine, elle aussi très bien positionnée, Novavax, qui franchit régulièrement des étapes décisives.

Un vaccin avant la fin de l'année ?

Sanofi s’est lancé beaucoup plus tard que la plupart de ses concurrents dans la compétition. Le Français s’est d’abord associé au Britannique GlaxoSmithKline, pour un vaccin dont les premiers essais cliniques remontent à septembre. Avant de développer en parallèle un deuxième vaccin reposant, là aussi, sur l’ARN messager, avec la biotech américaine Translate Bio, qui jusqu’ici a donné de bons résultats chez l’animal. Reste à savoir lequel de ces candidats-vaccins franchira la ligne d’arrivée. Certains jurent que ce sera avant la fin de l’année, comme pour mieux s’en convaincre…

Le siège de BioNTech, à Mainz, en Allemagne.
Le siège de BioNTech, à Mainz, en Allemagne. (YANN SCHREIBER / AFP)