Stellantis : coup de frein sur les ventes au premier trimestre, en attendant les nouveaux modèles

Stellantis, anciennement PSA, a vu son activité ralentir au premier trimestre. Ce coup de frein sur les ventes concernent à la fois l'Europe et l'Amérique du Nord, qui constitue son premier marché.
Article rédigé par Emmanuel Cugny
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Présentation mondiale du nouveau véhicule Peugeot E-3008 100% électrique, à Montbéliard le 12 septembre 2023. (LIONEL VADAM  / MAXPPP)

Fondé par Carlos Tavares grâce à la fusion de PSA avec Fiat-Chrysler en janvier 2021, Stellantis est aujourd’hui un groupe franco-italo-américain avec une quinzaine de marques au compteur. Avec Peugeot, Citröen, DS, Opel, Vauxhall, Chrysler, Alfa-Romeo, Fiat, Dodge, Jeep, Lancia, Maserati, sa force de frappe n’empêche pas l’ensemble du groupe d’enregistrer son deuxième trimestre consécutif de baisse des ventes. Après des années de résultats records depuis sa création, Stellantis a réalisé, entre janvier et mars 2024, un chiffre d’affaires proche de 42 milliards d’euros, avec 1,3 million de véhicules livrés dans le monde. C'est une baisse de 10% sur un an.

Le premier trimestre souffre en fait de la comparaison avec le chiffre particulièrement élevé de la même période de l'année dernière. Les trois premiers mois de 2023 avaient marqué la reprise des livraisons, après des semaines de problèmes sur les chaînes logistiques et la pénurie de semi-conducteurs. Le coup de frein vient aussi des faibles ventes de ses modèles vieillissants, et toutes les régions du monde sont touchées. En Europe, le chiffre d’affaires a baissé de 13%, et en Amérique du Nord, principal marché de Stellantis, il a baissé de 15%. Le SUV star Peugeot 3008 a vu ses ventes reculer dans l’attente de sa version électrique, qui est prévue, si tout va bien, pour le deuxième trimestre.

Nouveaux ou modernisés, 21 modèles dans les tuyaux

Le plan de Stellantis pour se relancer comprend un savant dosage d’économies et de nouveaux produits. Pour aller de l'avant, Stellantis va rouvrir trois de ses usines en France et au Royaume-Uni, bloquées par une grève de l'équipementier MA France en Seine Saint-Denis qui fabrique des pièces de carrosserie. L'usine de Poissy (Yvelines) doit reprendre l'assemblage de véhicules (Opel Mokka et DS3 Crossback) jeudi 2 mai, tandis que les usines d'utilitaires de Hordain (Nord) et Luton (Angleterre) reprendront leur activité le mardi 7 mai, a déclaré un porte-parole du groupe automobile mardi 30 avril à l'AFP.

Pas moins de 21 modèles, nouveaux ou modernisés, sont dans les tuyaux sur tous les continents, et beaucoup en version électrique. Les ventes de modèles électriques marquent en effet le pas chez Stellantis, comme chez les autres constructeurs. Elles représentent 8% de hausse, seulement sur l’année, dans un marché de la batterie globalement moins dynamique que l’année dernière. Redéployer l’électrique et convaincre la clientèle est le grand défi auquel sont confrontés tous les constructeurs automobiles traditionnels face à la rude concurrence, chinoise notamment.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.