Pénurie de main d'œuvre : le gouvernement envisage de lancer très vite la réforme de l'assurance chômage

écouter (213min)

Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, estime, qu’après le pouvoir d’achat, la pénurie de main d’œuvre est la deuxième urgence. Il veut ainsi s’y attaquer très vite. Quelles sont les pistes ?

Article rédigé par
Fanny Guinochet - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'hôtellerie-restauration a du mal à recruter. Un serveur à Toulouse (Haute-Garonne). (VALENTINE CHAPUIS / AFP)

"Il n’est plus possible d’avoir encore autant de chômage, autour de 7 %, et des postes qui restent disponibles faute de candidats" : c’est ce qu’a lancé Bruno Le Maire aux Rencontres économiques qui se tenaient ce week-end à Aix-en-Provence. C’est vrai que les chefs d’entreprises, – de grands groupes comme de petites entreprises – se sont tous plaints d’avoir du mal à recruter et quel que soit le secteur : l’aéronautique, le transport, le tourisme,…. Rien que dans l’hôtellerie-restauration, par exemple, on estime qu’il y a plus de 200 000 postes vacants.

Du coup, le gouvernement a promis de s’attaquer au problème dès la rentrée, notamment en mettant en place très vite la réforme de l’assurance chômage. Souvenez-vous, Emmanuel Macron avait promis pendant sa campagne d’aller un cran plus loin que celle qu’il a déjà faite lors du premier quinquennat. Il s’agirait donc d’accélérer et de faire l’acte deux en durcissant encore un peu plus les règles d’indemnisation des chômeurs, le gouvernement espère les inciter à reprendre un travail plus vite. Cette réforme pourrait se faire dès la rentrée, avant celle des retraites.  

Emmanuel Macron espère atteindre le plein emploi à la fin du quinquennat

Pourtant les syndicats sont contre : ils ont tous bataillé contre la dernière reforme. Il y a donc peu de chances qu’ils soient beaucoup plus favorables à la prochaine. C'est un risque social que prendrait le gouvernement. En revanche, dans l’opinion, c’est différent, l’opposition est nettement moins forte que contre la réforme des retraites.

En plus, Elisabeth Borne connaît bien le dossier de l’assurance chômage, en tant que ministre du Travail, c’est elle qui a géré la dernière réforme. Et puis, il y a une fenêtre de tir, la convention assurance chômage s’arrête le 31 octobre prochain. Enfin, dernier argument, ce serait un gage envoyé à Bruxelles sur la capacité réformatrice de la France. 

Emmanuel Macron espère aussi atteindre le plein emploi à la fin du quinquennat. Il vise les 5%. Il y tient d’autant plus que c’est par le plein emploi qu’il espère gagner des marges de manœuvre budgétaires, et financer des investissements dans l’école, la transition écologique, la santé. Avec ce credo, que le gouvernement répète comme un mantra : quand on travaille, on a de meilleurs revenus et donc c’est aussi la meilleure façon de préserver le pouvoir d’achat en période d’inflation.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.