Le brief éco. Ryanair profite de la crise pour se restructurer en Europe

écouter (3min)

La compagnie aérienne irlandaise à bas coûts annonce une importante réorganisation qui touchera plusieurs pays du Vieux continent.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un avion de la compagnie Ryanair sur le tarmac d'un aéroport. Photo d'illustration. (NATHALIE COL / RADIO FRANCE)

Le patron de Ryanair, Michael O’Leary, n’entend pas se laisser dépasser par les événements. Il profite des opportunités offertes par la crise économique liée à la pandémie pour aller de l’avant. Première annonce forte : la décision de ne plus desservir l’Irlande du Nord d’ici la fin octobre. Les avions qui desservent ce pays, et en partent pour d'autres destinations, seront relocalisés dans les aéroports moins coûteux au Royaume-Uni et ailleurs en Europe, pour la saison d’hiver qui débute en novembre. Ryanair justifie sa décision par le refus du gouvernement britannique de suspendre ou de réduire la taxe sur les billets d’avions. Le groupe invoque aussi le manque d‘incitations à la reprise de la part des aéroports de Londres.

Ryanair va ouvrir cet hiver 26 nouvelles destinations au départ de plusieurs aéroports portugais comme Lisbonne, Porto (nord) et Faro (sud). Investissements de 256 millions d’euros et création promise de 300 emplois, l’entreprise irlandaise à bas coûts saisit une opportunité locale : avec la crise Covid, la compagnie nationale portugaise TAP est contrainte à une cure d’amaigrissement pour survivre. Elle doit réduire ses opérations dans le cadre d’un plan de restructuration négocié avec Bruxelles en contrepartie d’une aide publique qui a conduit, de fait, à sa renationalisation.

Ryanair sérieusement secoué par la pandémie

L'entreprise a enregistré l’an dernier la plus grosse perte depuis sa création en 1984. Un trou d’un milliard d’euros avec à la clef la suppression annoncée de plus de 3 000 emplois (15% de ses effectifs) ou des baisses de salaires pour éviter les licenciements. Mais le patron veut continuer à y croire. Micheal O'Leary juge sa compagnie suffisamment solide pour sortir de la crise en position de force avec ce redéploiement annoncé. Il compte aussi profiter des déboires des autres compagnies. Ryanair a ouvert en décembre une nouvelle base à l’aéroport de Beauvais, dans l’Oise, au nord de Paris.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Le brief éco

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.