Le brief éco, France info

Le brief éco. Retraites : les Français prêts à cotiser plus longtemps

Pour améliorer le montant de sa retraite, un Français sur deux est prêt à cotiser plus longtemps.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une employée de plus de 55 ans travaille dans un atelier de confection à Quimper (Finistère).
Une employée de plus de 55 ans travaille dans un atelier de confection à Quimper (Finistère). (FRED TANNEAU / AFP)

Un Français sur deux est prêt à cotiser plus longtemps à son système de retraite pour améliorer le montant de sa pension. C'est ce que montre une étude publiée jeudi 15 novembre, menée par le cabinet Mercer, spécialisé dans les questions de prévoyances, avec l’institut Yougov. Un sondage qui éclaire et illustre l'actualité à l'heure de la réforme des régimes de retraites initiée par le gouvernement. La retraite préoccupe évidemment les Français : huit actifs sur dix qualifient le sujet de très important. Mais quand on rentre dans les détails, c’est plus surprenant : seulement un tiers des personnes interrogées déclarent prendre ses dispositions pour préparer sa retraite. Seul 17% des moins de 30 ans s’intéressent au sujet. Normal car la retraite, c’est plutôt loin quand on vient de rentrer dans la vie active. En réalité, ces jeunes sont surtout pessimistes sur ce qu’ils toucheront comme pension le moment venu.

Recul de l’âge minimum de départ

La moitié des Français interrogés par Mercer et Yougov est prête à cotiser plus longtemps et donc à décaler son départ à la retraite pour améliorer le montant de la rente. Nous sommes là au cœur du problème car le recul de l’âge minimum légal de départ est une solution présentée comme cruciale pour sauver l’actuel système par répartition. Les sondés attendent que leur entreprise leur propose des solutions (sujet à creuser pour ces entreprises), et ils plébiscitent le placement immobilier : plus de 80% estiment qu’être propriétaire de son habitation est le meilleur moyen de préparer sa retraite.

C’est l’option sécurité très compréhensible, là où le gouvernement préfèrerait voir les Français prendre plus de risques avec des produits tournés vers le financement des entreprises. La réflexion est menée dans le cadre d’une réorientation de l’épargne longue. Le fait que les Français commencent à intégrer cette notion de cotisation plus longue, et donc la nécessité de travailler plus longtemps, tend à montrer que le travail de pédagogie du gouvernement porte ses fruits, même si rien n'est gagné pour l'Elysée et Matignon.

Une employée de plus de 55 ans travaille dans un atelier de confection à Quimper (Finistère).
Une employée de plus de 55 ans travaille dans un atelier de confection à Quimper (Finistère). (FRED TANNEAU / AFP)