Le brief éco, France info

Le brief éco. Petites annonces sur internet : Leboncoin rachète eBay

Le groupe norvégien a été le plus réactif et probablement aussi le plus offrant avec ses huit milliards d’euros.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le logo Leboncoin sur un smartphone. Photo d\'illustration.
Le logo Leboncoin sur un smartphone. Photo d'illustration. (SOPA IMAGES / LIGHTROCKET)

Le site d’annonces commerciales Leboncoin rachète une partie de la plateforme américaine de vente aux enchères eBay. Les affaires continuent pendant la crise puisque le nouvel ensemble va devenir le numéro un mondial des petites annonces. 

Coût de l’opération : 8 milliards d’euros. Leboncoin – dont le nom sonne bien français – est en réalité un site fondé en France en 2006 mais par un conglomérat norvégien. Sa maison-mère est toujours le spécialiste norvégien des annonces en ligne. Ce groupe s’appelle Adevinta, il possède également en France l’Argus automobile. C’est un mariage de raison. Adevinta met la main sur l’activité petites annonces du géant américain du courtage en ligne. Ensemble, les deux sites seront leaders dans une vingtaine de pays.

Conséquence de la crise

La crise économique liée à la pandémie de Covid-19 a accéléré le rapprochement. L’idée était dans l’air depuis quelque temps et d’autres actionnaires potentiels tournaient autour, mais le norvégien a été le plus réactif et probablement aussi le plus offrant avec ses huit milliards d’euros. Le confinement quasi généralisé dans le monde entier a provoqué un afflux des consommateurs vers internet : face à des magasins fermés, les clients ont migré vers les sites de vente en ligne qui sont devenus de vraies poules aux œufs d’or.

Stratégie de long terme

Même si les magasins ont rouvert avec le déconfinement, on voit bien que le risque pandémique est toujours présent avec de probables reconfinements un peu partout dans le monde et leurs conséquences sur le commerce physique.

Le rachat de l’activité petites annonces d’eBay par la maison-mère de Leboncoin prend alors tout son sens : dans ce contexte de crise pandémique possiblement durable, la vente sur internet – qui se fait au dépend des commerces de proximité – a de beaux jours devant elle. D’autant que Leboncoin n’est qu’un des nombreux sites exploités par son propriétaire norvégien dans le monde. Avec l’Amérique latine, l’Afrique du Nord et l’Europe, Adevinta est présent dans quinze pays. De son côté, eBay a tissé sa toile sur l’ensemble de la planète. Le succès est donc assuré. Avec quelques économies d’échelle à la clef comme lors de tout rapprochement. On parle de 130 à 160 millions d’euros d’économies qui restent à définir. L’opération devrait être bouclée d’ici au premier trimestre 2021.

Le logo Leboncoin sur un smartphone. Photo d\'illustration.
Le logo Leboncoin sur un smartphone. Photo d'illustration. (SOPA IMAGES / LIGHTROCKET)