Le brief éco, France info

Le brief éco. Livret A : une santé à toute épreuve

Le Livret A a de nouveau rencontré un beau succès au mois de mars. Les Français ont déposé sur leur livret défiscalisé plus d’argent qu’ils n’en ont retiré. Près de deux milliards d’euros, et cela ne fait qu’augmenter chaque mois. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le livret A va bien. La conjoncture s’améliore sensiblement, donc on épargne plus.  
Le livret A va bien. La conjoncture s’améliore sensiblement, donc on épargne plus.   (MYCHELE DANIAU / ARCHIVES)

En mars, les dépôts ont dépassé les retraits d’1,97 milliard. L’encours total, le volume total d’argent stocké par les Français, sur le Livret A et le Livret de Développement Durable, lui aussi défiscalisé, dépasse désormais les 400 milliards. Cet argent sert essentiellement à financer le logement social.  

Dimension populaire confirmée

Même avec un faible taux de rémunération de 0,75%, ce produit est considéré comme une valeur refuge. C’est de l’épargne liquide, entièrement garantie et sur laquelle on ne paye pas d’impôts. 55 millions de Français possèdent un Livret A aujourd’hui. En arrière-plan, il y a le débat sur le pouvoir d’achat. Cela va dans le sens de ce que dit l’Insee : le pouvoir d’achat des Français augmente depuis quatre ans. Ce constat est sujet à polémique, notamment de la part de l’association de consommateurs CLCV qui conteste les modes de calcul de l’Insee, mais c'est un fait : 55 millions de Français "mettent de côté". Dans la hausse du mois de mars (la collecte est au plus haut depuis 2013), il faut voir l’effet direct des mesures décidées par le président de la République, Emmanuel Macron, en décembre, pour répondre au premier mouvement des "gilets jaunes" : dix milliards d’euros réinjectés dans les porte-monnaie à travers notamment une baisse de charges salariales, plus la prime exceptionnelle défiscalisée, etc.

Flécher autrement l’épargne

Les pouvoirs publics veulent rediriger cette épargne vers l’investissement direct, hors des actions en bourse, pour accompagner le financement et le développement des PME et l’innovation. Il faut avant cela redonner aux Français le goût du risque. Un travail de longue haleine, très difficile à amorcer dans le contexte social actuel en France. "Prendre des risques" : une expression que devrait très probablement reprendre le chef de l’Etat lors de sa conférence de presse, jeudi 25 avril, à l’Elysée.  

Le livret A va bien. La conjoncture s’améliore sensiblement, donc on épargne plus.  
Le livret A va bien. La conjoncture s’améliore sensiblement, donc on épargne plus.   (MYCHELE DANIAU / ARCHIVES)