Le brief éco, France info

Le brief éco. L’Alena est mort, vive l’Alena

Un accord commercial a été trouvé entre les USA et le Mexique, en attendant le Canada. Cet accord met fin à l'Aléna, l'accord de libre-échange nord-américain.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des voitures neuves au port de Véracruz (Mexico) attendant d\'être exportées.
Des voitures neuves au port de Véracruz (Mexico) attendant d'être exportées. (VICTORIA RAZO / AFP)

Les Etats-Unis concluent un nouvel accord commercial avec le Mexique, qui avait été une des principales cibles de Donald Trump pendant la campagne présidentielle. La fin des hostilités et le début d’une nouvelle ère commerciale. C’est la fin de ce que l’on appelait l’Alena, un vaste accord de libre-échange Nord-Américain auquel participait également le Canada. Un mariage à trois issu d’un accord signé en 1994 et dont la renégociation dure depuis un an. Le Canada pourrait revenir dans le jeu. On devrait en savoir plus dans les prochaines heures car la négociatrice canadienne est attendue mardi 28 août à Washington. Il était prévu qu’Ottawa se décide après que le Mexique se soit prononcé.

Priorité au secteur automobile

Les principaux termes portent sur la question de la règle d’origine pour le secteur automobile jugé stratégique par Donald Trump. En clair, le texte prévoit une augmentation de la part des composants d’origine américaine et mexicaine dans les voitures assemblées au Mexique : il faudra passer de 62 à 70% de composants américains et régionaux. Les usines qui ne respecteront pas ces normes seront surtaxées. D'autres secteurs sont concernés comme l'énergie. Pour le Mexique, signer la paix avec les américains c’est se ménager un allié commercial majeur. 80% des produits exportés par le Mexique le sont vers les Etats-Unis. Le président mexicain sortant, Peña Nieto a joué très finement sur ce coup.

Nouveau bloc commercial géant

L’accord bilatéral signé avec le Mexique permet la survie de l’Alena paraphé il y a 24 ans par l’administration Clinton. Ce qui n'était pas gagné. L'accord va être rebaptisé mais cette dimension trilatérale (Mexique, Etats-Unis et Canada) forme un gros bloc régional. Trump remet du carburant dans le moteur de l’ensemble de ce bloc américain, d’où l’importance pour l’Europe de se mettre réellement en ordre de bataille. C’est ce qu’a martelé lundi 27 août le président de la République, Emmanuel Macron, devant la Conférence des Ambassadeurs : renforcer le multilatéralisme (tous les pays discutent ensemble). Emmanuel Macron veut refonder l’ordre mondial pour réformer le fonctionnement l'Organisation mondiale du commerce. Ce dont Trump ne veut justement pas. Le président américain veut carrément jeter l'OMC à la poubelle.

Des voitures neuves au port de Véracruz (Mexico) attendant d\'être exportées.
Des voitures neuves au port de Véracruz (Mexico) attendant d'être exportées. (VICTORIA RAZO / AFP)