Le brief éco, France info

Le brief éco. "Gilets jaunes" et taxes : la consommation des carburants a nettement baissé en 2018

Les chiffres publiés mercredi par l’Union française des industries pétrolières (Ufip) montrent la première baisse depuis plusieurs années. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un pistolet introduit dans le réservoir d\'un véhicule.
Un pistolet introduit dans le réservoir d'un véhicule. (MAXPPP)

Sur l’ensemble de 2018, la consommation de carburants en France a reculé de 1,7% l'an dernier, ce qui correspond à environ 50 millions de mètres cubes consommés. La baisse s’est accentuée particulièrement au mois de décembre. Sur le seul dernier mois de l’année, la consommation a plongé de près de 10% (9,1% précisément).  

L’Union des industries pétrolières (Ufip) voit deux explications : la première concerne décembre : le mouvement des "gilets jaunes", l’impact direct des blocages de routes, autoroutes et ronds-points. On a moins circulé, tout simplement. Quand vous savez que vous allez être bloqués, vous ne prenez pas la voiture ou le camion. Ce qui freine l'activité économique générale par ailleurs : en raison d’une moindre consommation, moins de production.

Deuxième élément invoqué par l’Ufip pour expliquer la forte baisse de la consommation en carburants, cette fois sur l’ensemble de l’année : la hausse de la taxe carbone au 1er janvier 2018 (7,6 centimes de plus sur le gazole et quatre centimes sur l’essence pour mettre les deux à niveau). Les automobilistes ont fait attention à leur consommation de carburants. Mais ce relèvement des taxes sur l’essence a aussi entraîné une érosion des ventes dans les zones frontalières. Certains automobilistes sont allés acheter leurs carburants chez nos voisins européens où les prix sont moins élevés. 

La consommation par voiture reste stable

Le gazole reste le carburant le plus vendu : 79% du volume, voitures particulières et véhicules professionnels confondus. Mais la tendance est en train de s’inverser car le nombre de voitures diesel vendues en France est en nette baisse. En 2012, le diesel représentait les trois quarts des ventes de voitures neuves dans l’hexagone. En 2017 nous étions déjà à moins de 50%. En 2018, le seuil est tombé en-dessous de 40%. C'est à dire que l’on n'est plus qu'à environ une voiture sur trois vendue équipée de moteur diesel.  

Si l’on regarde les 30 dernières années, ce qui permet d’avoir un vrai regard global, la consommation par voiture a finalement assez peu baissé. En 1990, les voitures essence qui circulaient en France consommaient en moyenne 8 l/100 km. En 2018, selon le Comité des constructeurs français, nous étions à 7 l/100 km. Pour le diesel, nous sommes passés de 6,7 l/100 km en 1990 à 6 l/100 km l’an dernier. Conclusion : en 30 ans, la baisse est peu importante, contrairement à ce que laissent entendre généralement les constructeurs. Les Français sont toujours "voiture-addict".  

Un pistolet introduit dans le réservoir d\'un véhicule.
Un pistolet introduit dans le réservoir d'un véhicule. (MAXPPP)