Le brief éco, France info

Le brief éco. Free lance son offre pour les professionnels

L’opérateur télephonique Free présente mardi 23 mars ses nouvelles offres destinées aux professionnels. Des solutions dites "B to B", très attendues par les grandes entreprises mais aussi par les PME et TPE.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le logo Free reflété sur une vitre. Photo d\'illustration.
Le logo Free reflété sur une vitre. Photo d'illustration. (ERIC PIERMONT / AFP)

Sans moyens de communication, pas de marchés. La fluidité de la liaison avec les clients est primordiale pour les entreprises, surtout en cette période de crise. Et puis il y a le paradoxe français : nous disposons de pépites techologiques mais nous ne sommes qu'au onzième rang européen d'équipements des entreprises. L’enjeu est énorme. À l’heure de l’arrivée de la 5G dans de plus en plus de grandes villes, et la fibre dans d’autres territoires, le marché des services internet aux entreprises pèse aujourd’hui entre 10 et 12 milliards d’euros en France.

Positionnement face à la concurrence

Les grands concurrents sont connus : Orange, SFR, Bouygues Télécom. L’opérateur historique Orange domine l'offre de services aux professionnels avec une part de marché de 70%. SFR dispose de 20%, puis arrive Bouygues Télécom. Free devait donc répondre à plusieurs questions : comment être capable de créer une révolution dans ce secteur très prisé qu'est l’internet professionnel ? Quels services inventer ? Qu’est-ce que le groupe est capable de proposer au meilleur rapport qualité-prix ?

Loffre que Xavier Niel vient de dévoiler est composée d'une box baptisée "Free Pro" (puissance de 7Gigabits/s en entrée et 1 Gigabit/s en sortie, présentée comme l'une des offres pro les plus rapides.  Le tout pour 39, 99 euros par mois sans engagement pendant un an, puis 49, 99 euros.

Objectifs ambitieux

Free veut générer jusqu’à 500 millions d’euros de chiffre d’affaires à l’horizon 2024. On connaît les capacités de Xavier Niel à foncer, on se souvient de son arrivée dans la télephonie mobile en 2012 avec ses prix cassés qui avaient donné un coup de fouet au secteur. Enfin, outre le poids du marché des offres internet B to B, il y a la question de la souveraineté de nos moyens de communication pour éviter la fuite des données de nos entreprises  dans les tuyaux des Gafam, bien souvent suspectés d’espionnage.

Le logo Free reflété sur une vitre. Photo d\'illustration.
Le logo Free reflété sur une vitre. Photo d'illustration. (ERIC PIERMONT / AFP)