Cet article date de plus de trois ans.

Le brief éco. Automobile et habitation : des assurances plus chères en 2019

écouter (3min)

Les contrats d'assurance auto et habitation vont augmenter en 2019, mais moins que cette année.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Quid de notre assurance automobile en ces temps de crise sanitaire et économique ?  (MAXPPP)

Les primes d’assurance auto et habitation vont encore augmenter l’année prochaine. Si l’on en croit un premier rapport publié par un cabinet conseil indépendant, il ne faut pas s’attendre à une trêve sur les tarifs.

La fin d’année approche et avec elle les anticipations du programme des réjouissances qui nous attendent l’année suivante. Le 1er janvier est l’occasion de tourner la page et, pour certains secteurs, de revoir certaines règles ou tarifs. C’est le cas des assurances. Le cabinet en question s’appelle Facts&Figures, un cabinet conseil stratégique spécialisé en assurance et protection sociale en Europe. Que dit-il ? Les primes augmenteront bien l’année prochaine mais les hausses seront en général assez limitées par rapport à celles que les clients ont connues en 2018.

Tarifs en dents de scie

Pour l’assurance auto, il faut s’attendre à une hausse moyenne de 1% à 2% (contre 3% cette année). Pour ce qui est de l’assurance habitation, les primes devraient augmenter également de 1 à 2% mais avec des disparités assez fortes entre les assureurs. Certains ne bougeront pas. D’autres, par contre, pourraient faire flamber leurs tarifs de 5%.

Loi de l’offre et de la demande

C’est la chasse aux clients dans un secteur de plus en plus concurrentiel. Il y a eu un tournant avec la loi Hamon adoptée en 2016. Cette dernière a facilité, pour le client, le changement de banquier et d’assureur. Les Français en ont profité – et continuent d’en profiter – pour changer de crémerie. Sans oublier les assureurs en ligne qui peuvent casser les prix grâce à de moindres coûts de fonctionnement. Donc, pour compenser les départs et recruter de nouveaux clients, les compagnies d’assurance jouent sur les tarifs. Facts&Figures ne cache pas que certains groupes relèvent discrètement les prix des clients fidèles pour pouvoir offrir des prix plus bas aux nouveaux entrants.

Où sont passées les catastrophes naturelles ?

Selon le cabinet, les catastrophes à répétition n’ont finalement pas entamé les bilans grâce aux fortes hausses des prix pratiqués depuis une dizaine d’années. 1 à 2% d’augmentation des tarifs assurance auto et habitation l’année prochaine, c'est un peu le minimum syndical pour les assureurs qui doivent respecter l’exigence croissante de la réglementation prudentielle (Solvency 2). Les compagnies peuvent assurer de nouveaux risques uniquement si elles ont du capital excédentaire. Les normes sont drastiques. De plus, une nouvelle directive européenne entrée en vigueur le 1er octobre met la pression sur les courtiers. Elle est censée mieux protéger le consommateur. Enfin, il y a la réduction des rémunérations financières : si le financement des risques est assuré par les cotisations d’assurance, il l’est aussi par ce que l’assureur retire de ses placements financiers. Or, les taux d’intérêt qui sont encore relativement bas en Europe limitent ces gains.
Un facteur pourrait jouer dans l’automobile : la limitation de vitesse à 80 km/h censée réduire les accidents, donc une moindre charge en prévision pour les assureurs. Un indicateur que les assurés ne manqueront pas de suivre de très près pour négocier avec leur agent d’assurances.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Le brief éco

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.