Le brief éco, France info

Le brief éco. 3Suisses change de mains

Le groupe de ventes par correspondance 3Suisses est racheté par une entreprise de commerce en ligne.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Vue partielle du batiment des 3Suisses à Croix (Nord).
Vue partielle du batiment des 3Suisses à Croix (Nord). (DENIS CHARLET / AFP)

L'entreprise de commerce en ligne ShopInvest rachète le groupe de ventes par correspondance 3Suisses. Elle est bien loin la grande époque des 3Suisses et de leur célèbre catalogue dont le volume était proche de celui du bottin téléphonique. Après des mois de négociations, l’actuel propriétaire des 3Suisses, le groupe lillois Domoti spécialisé dans la vente par correspondances de produits pour séniors, est tombé d’accord avec ShopInvest pour une reprise de l’activité. Le montant de la transaction n’a pas été communiqué. 3 Suisses reste sous pavillon français. L’acheteur ShopInvest est dirigé par un couple, aux affaires comme à la ville : Karine Schrenzel et Olivier Gensburger. Ils ont annoncé l’opération au Journal du Dimanche. ShopInvest gère une dizaine de sites centrés sur la mode et la décoration comme Bijourama, MenCorner, DeclikDéco.

Renaissance pour 3Suisses

Il faut relancer l’activité et les nouveaux propriétaires y croient. Le chiffre d’affaires des 3Suisses est aujourd’hui de 120 millions d’euros, bien loin du milliard que la marque dégageait encore en 2005. Depuis le milieu des années 2000, le vépéciste a accumulé entre 600 et 700 millions d’euros de pertes. Un peu plus de 1 000 emplois ont été supprimés. La faute aux géants du net comme Amazon ou même La Redoute. 3Suisses fut pourtant un des pionniers du e-commerce dans les années 90, mais la pression des géants mondiaux est devenu trop forte pour le groupe nordiste, fondé en 1932, toujours installé à Villeneuve-d’Ascq avec sa quarantaine de salariés.

Ambitions des nouveaux propriétaires

Karine Schrenzel et Olivier Gensburger comptent garder le catalogue  en lien étroit avec la clientèle. Un modèle qui veut prendre le contre-pied de ce que le couple de patrons appelle "l’efficacité froide d'Amazon". Il compte notamment lancer un plan collaboratif sur les réseaux sociaux avec les clients pour travailler l'offre de produits. Vingt personnes doivent être recrutées et installées à Paris. Aujourd’hui, 3Suisses dispose d’une base de quelque huit millions de clientes potentielles mais ne communique qu’avec deux millions d’entre-elles si l’on en croît les nouveaux propriétaires. Leur objectif est donc de redynamiser l’ensemble à travers de nouveaux process commerciaux, reprendre attache avec, au moins, quatre millions de clientes la première année.

Plan de la dernière chance

L’avantage d’une structure comme ShopInvest, le repreneur des 3Suisses, est d’être à taille humaine. Ses deux jeunes patrons viennent du monde du capital investissement et savent comment on redresse ce type d’entreprises. Normalement, tout ce qu’il faut pour recréer un contrat de fidélité avec une clientèle très captive.

Vue partielle du batiment des 3Suisses à Croix (Nord).
Vue partielle du batiment des 3Suisses à Croix (Nord). (DENIS CHARLET / AFP)