Féminisation dans le secteur de la finance : la France fait mieux que le Royaume-Uni

écouter (3min)

Les femmes représentent moins du quart des promotions à des postes de haut niveau dans le secteur de la finance au Royaume-Uni. Une étude vient casser quelques idées reçues dans le pays qui est pourtant présenté comme pilier en matière de services financiers.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des femmes dans une entreprise. (ODILON DIMIER / MAXPPP)

Les femmes représentent moins du quart des promotions à des postes de haut niveau dans le secteur de la finance au Royaume-UniC’est une étude du cabinet d’avocats britannique Fox and Partners. Elle comptabilise seulement 1 360 femmes sur 5 800 promotions et embauches à des postes de direction dans les services financiers à Londres l’an dernier, soit à peine 24%. Cela progresse mais très lentement. En 2020, la proportion était de 21%.

Si les femmes restent sous-représentées au niveau de la haute direction outre-Manche, le rapport de Fox and Partners montre que les administrateurs hommes dans les entreprises de l’indice boursier londonien ont perçu l’an dernier des revenus de deux tiers supérieurs aux femmes qui siégeaient aux mêmes conseils d’administration. Montants : 808 000 euros pour les hommes contre 276 000 en moyenne pour les femmes. L’écart reste très important.

La France fait mieux

23,5% de femmes dans le secteur financier au Royaume-Uni contre près de 45% en France : nous faisons nettement mieux même s'il y a encore du travail. Les entreprises françaises dominent le classement des dix premières institutions financières ayant la plus forte proportion de femmes dans les équipes dirigeantes. Un classement que l'on doit à des sociétés comme l'assureur Axa, les banques BPCE, Société Générale, BNP Paribas, Crédit Agricole et BNP Assurances.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.