Cet article date de plus d'un an.

Emploi : plus de cinq millions de CDI ont été signés en France en 2022, un record

Selon l’Urssaf, ce sont 845 000 CDI de plus qu’en 2019, avant la crise. Comment explique-t-on cette dynamique ?

Article rédigé par Emmanuel Cugny
Radio France
Publié
Temps de lecture : 4 min
Un contrat de travail à durée indéterminée (CDI). (AURÉLIE LAGAIN / RADIO FRANCE)

Les entreprises qui ont du mal à recruter font tout pour retenir la perle rare une fois qu’elles l’ont trouvée. Nos entreprises, grandes comme petites, sont confrontées aujourd’hui à une pénurie de main d’œuvre. Beaucoup de sociétés cherchent à recruter, mais ne trouvent pas les bonnes personnes ou les bons profils.

>> Êtes-vous sous-payé ? Près d'un salarié sur deux estime ne pas être assez bien rémunéré

Avec un taux de chômage au plus bas depuis des années – autour de 7% – les candidats à l’embauche formés correctement aux attentes des employeurs se font rares, et quand l’employeur parvient à recruter, il sécurise plus qu’il ne le faisait auparavant. Il est vrai qu'offrir un CDI à une jeune recrue est plus convaincant et stimulant qu’un simple CDD (contrat à durée déterminée).

En additionnant les contrats de plus d’un mois hors intérim, on arrive à la somme globale de 10 millions de contrats, soit 1,3 million de plus qu’en 2019 avant le déclenchement de la pandémie de Covid. Le phénomène est plus marqué dans l’industrie et dans les services, dans une moindre mesure dans le BTP.

Bonne dynamique

En ce moment, le contexte économique est alourdi par les tensions géopolitiques, l’inflation en général et la flambée des prix de l’énergie en particulier. Mais, d’évidence, ce ralentissement n’empêche pas le moteur France de tourner plus que correctement, d’où ce besoin de recrutement. Non seulement les entreprises réembauchent à un niveau exceptionnel, mais, en plus, ce sont des emplois de qualité avec de bons niveaux de qualification.

Preuve que si notre système de formation était mieux adapté en amont, beaucoup plus de Français retrouveraient le chemin de l’emploi. Reste une exception : celle des jeunes. Depuis le Covid, ces derniers veulent de moins en moins s’engager dans des contrats supérieurs à deux ans.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.