Le brief éco, France info

Covid-19 : les libraires ont limité la casse en 2020

On s’attendait au pire avec les deux confinements et finalement, d’après les chiffres publiés par le Syndicat de la librairie, la profession s’en sort, dans l’ensemble, plutôt bien.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des rayonnages d\'une librairie à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Photo d\'illustration.
Des rayonnages d'une librairie à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Photo d'illustration. (ERIC PIERMONT / AFP)

On se souvient de la forte mobilisation des librairies ces dernières semaines. Ils avaient même poussé certains commentateurs à dénoncer la pression insistante d’un puissant lobby par rapport à d’autres secteurs, eux aussi en grande difficulté. La profession s’en sort dans l’ensemble plutôt bien, avec ce que ce que l’on pourrait même voir comme un paradoxe : le confinement a plus pénalisé les grosses librairies que les plus petites. Avoir un nom ou pignon sur rue n’a pas été gage de succès.

Les ventes ont reculé de 3% sur 2020, comparé à 2019. La catastrophe a été évitée. Sur le seul mois de juin, après le premier confinement, les achats de livres en librairies se sont envolés de 30%. Jusqu'à 35% en décembre, mois crucial pour le secteur.

Mobilisation générale

Quand un secteur fonctionne, ce sont des professionnels mobilisés mais aussi les clients qui sont au rendez-vous. C'est le client qui achète, au grand bonheur des libraires de quartier et pas seulement d'Amazon. C'est une source de réjouissance pour ces professionnels qui broyaient du noir. Des petits libraires de quartier émus face à la fidélité de leurs clients dans ces circonstances particulières. Le "click and collect" a très bien fonctionné, les lecteurs ont commandé en masse. Seul regret pour les vendeurs : quelques problèmes de logistique de la part des maisons d'édition. Le télétravail est passé par là. Pas facile de répondre à la demande quand la chaîne de production physique est perturbée.

Meilleures ventes

Romans +5%, livres pratiques +6,5%, bandes dessinées et manga +15%. Selon le site ActuaLitté cité par le journal Le Parisien, c'est le roman de l'auteur suisse Joël Dicker L'énigme de la chambre 622 qui s'est le plus vendu l'an dernier : 493 000 exemplaires écoulés pour ce roman sorti seulement fin mai. Guillaume Musso est à la troisième place des meilleures ventes 2020, derrière le Goncourt Hervé Le Tellier pour son livre L'Anomalie.

Des rayonnages d\'une librairie à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Photo d\'illustration.
Des rayonnages d'une librairie à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Photo d'illustration. (ERIC PIERMONT / AFP)