Covid-19 : la pandémie va pousser à la hausse la demande en produits d’assurance

écouter (3min)

Selon la compagnie d'assurance et de réassurance Swiss Re, les trois prochaines années vont également connaître une inflation du prix des contrats pour les professionnels et les particuliers.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un contrat d'assurance. (JEAN FRANCOIS FREY / MAXPPP)

Swiss Re est ce que l’on appelle un réassureur, c’est à dire qu’il assure lui-même les assureurs. C’est donc un observateur privilégié du secteur. Le groupe constate que la crise du Covid-19 a entraîné une prise de conscience grandissante des risques. Et donc table sur une hausse de la demande en produits d'assurance. Exemple concret : avec la surmortalité causée par la pandémie, les demandes de dédommagements auprès des assureurs-vie ont fortement augmenté aux États-Unis au cours du premier semestre de cette année.

Le phénomène est particulièrement marqué en Amérique latine qui connaît une hausse sans précédent des demandes de dédommagement, notamment le Brésil et le Mexique où, indépendamment des drames humains, la pandémie a été l’événement le plus coûteux jamais enregistré par les assureurs. Sur les 18 derniers mois, la facture s’est élevée à 2,5 milliards  de dollars (un peu plus de deux milliards d'euros), ce qui dépasse le coût de l’ouragan Wilma en 2005.

Les primes en hausse dans les prochains mois

Dans l’assurance-vie, Swiss Re s’attend à une croissance des primes au niveau mondial de 3,5% cette année, 2,9% en 2022 et 2,7% en 2023. En légère décrue mais en hausse quand-même, d’autant que la croissance est attendue également dans l’assurance non vie, c’est-à-dire celle qui couvre tous les dégâts immobiliers et autres dus au changement climatique, les inondations, les incendies, etc.

Il faut s'y préparer : les primes de nos assurances vont augmenter dès les prochains mois. C'est le moment d'anticiper de sérieuses négociations avec les assureurs et, surtout, faire jouer la concurrence.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.