Covid-19 : la pandémie dope le marché des entrepôts

écouter (3min)

C’est l’un des effets de la crise sanitaire : l’année dernière, l’envolée du commerce sur internet a entraîné une ruée sur les entrepôts en France, et une flambée des loyers.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un entrepôt à Strasbourg (Bas-Rhin). (CORINNE FUGLER / RADIO FRANCE)

Le constat est unanime chez les cabinets et agences de location spécialisés dans l’immobilier d’entreprise. Le nombre de mètres carrés d’entrepôts, loués ou vendus, a connu en 2021 sa meilleure année depuis 2017. Cela s’explique facilement : pour passer au commerce en ligne et pouvoir livrer au plus vite, une entreprise doit réorganiser sa chaîne d’approvisionnement, constituer davantage de stocks et utiliser plus de petits entrepôts proches des villes, ou directement dans les centres-villes, pour assurer ce que l’on appelle le dernier kilomètre de la livraison.

Dans cet appétit d’entrepôts, on trouve tous types de commerce mais aussi les grands de la distribution. Un groupe foncier comme Argan voit les demandes affluer. Il travaille pour Auchan, Casino, Carrefour, et pour des logisticiens aussi comme Geodis. Argan a vu ses revenus locatifs augmenter de 10% l’an dernier. Il a notamment livré à Amazon un entrepôt de 185 000 mètres carrés sur quatre étages près de Metz en Moselle.

Tout bénéfice pour les loueurs

Les différents confinements ont poussé à la consommation sur internet au détriment du petit commerce de centre-ville et cela a fait l’affaire des gros de la location d’entrepôts. Et puis autre phénomène, certains investisseurs se sont détournés de biens traditionnels comme les bureaux et les hôtels qui ont subi la crise et se sont reportés sur les bâtiments logistiques (les entrepôts).

La tendance est là. Mais construire de nouveaux entrepôts est très gourmand en propriété foncière et les investisseurs vont se heurter à la loi contre l’artificialisation des sols ; la loi climat et résilience votée au mois d’août 2021. Sans compter avec l’opposition de plus en plus importante des riverains qui ne veulent pas voir grandir de gigantesques entrepôts sur leurs communes. La conséquence est une flambée des loyers.

Rareté des sols et coûts de plus en plus élevés : le phénomène est européen, pas seulement français.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.