Aéronautique : Airbus, avec un record de 8 000 commandes en 2023, veut livrer 75 avions par mois

Airbus s’apprête à confirmer un nouveau record : celui des commandes d’avions pour l’ensemble de 2023. Dans un contexte avantageux d'après-covid, la réactivité d'Airbus a permis de conforter son avance sur Boeing, mais la cadence des livraisons doit maintenant être assurée.
Article rédigé par Emmanuel Cugny
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Un avion Airbus A321neo, à l'aéroport de Skiathos, Grèce, Europe. (HTTPS://IMAGEBROKER.COM/9402809)

Inutile d’attendre le 31 décembre pour ouvrir la bouteille de champagne, le décompte des commandes d'avions Airbus ne laisse aucun doute. Le constructeur aéronautique européen fera même mieux que Boeing : au total 8 000 avions commandés à Airbus en 2023, contre 6 000 pour le grand rival américain. Cela représente 22% de plus qu’en 2022. Pour l’européen, c’est la perspective de 11 ans de travail assurés pour les salariés.

Succès d'un modèle léger et moins énergivore

Tous le types d'appareils ne sont pas concernés; Le vrai succès revient aux "monocouloirs moyen-courriers". À l'intérieur : un couloir au centre de la cabine avec une rangée de sièges de chaque côté, cette disposition permet un profilage plus étroit et fuselage plus léger, moins énergivore. En témoigne la dernière commande annoncée mardi 12 décembre par le loueur d’avions irlandais Avalon, qui a signé pour 100 appareils de type A321Neo, pour 12 milliards d’euros au prix catalogue.

C’est l’effet post-Covid qui se traduit concrètement aujourd’hui : après la pandémie et la reprise du trafic, il y a eu une frénésie de commandes de la part des grandes compagnies internationales et cet engouement continue.

Suivre la cadence

L’augmentation des cadences des chaînes de production est prévue, mais cette avalanche de commandes pose un autre problème : celui d’assurer aux clients des livraisons pas trop éloignées. C’est ce qui va être le plus difficile à assurer car, aujourd’hui, le groupe livre une cinquantaine d’appareils moyen-courriers par mois. Il a prévu de remonter le rythme à 75 avions produits mensuellement mais pas avant 2026. Cela va être très tendu et les recrutements sont nécessaires.

Après s’est séparé de plusieurs dizaines de milliers de personnes pendant la pandémie, l’avionneur européen a déjà réembauché 13 000 travailleurs en 2022 et 13 000 encore en 2023, en France, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Espagne. Fin 2023, la France aura totalisé à elle seule 3 500 ouvertures de postes, dont l’essentiel en région Occitanie, le Pôle toulousain représente aujourd’hui 80% des recrutements français d’Airbus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.