Santé : les bébés qui bénéficient d'une alimentation variée seront moins allergiques plus tard

Une étude nous apprend que leur développement est lié à l'alimentation des tous petits. On parle des allergies alimentaires : aux laits, aux blés, aux œufs, ou encore aux poissons.
Article rédigé par franceinfo - Laura Lavenne
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Un bol de soupe aux légumes et un bébé. (SEBASTIEN DESARMAUX/GODONG / PHOTONONSTOP)

Des scientifiques français se sont intéressés au lien entre le développement de ces allergies et la diversification alimentaire. Ce moment où l'on commence à faire goûter de nouveaux aliments aux bébés intervient plus ou moins à partir de quatre mois, l'âge auquel les autorités sanitaires estiment que l'enfant peut goûter toutes les familles d'aliments, y compris celles qui peuvent provoquer une allergie.

Cette étude montre que non seulement les enfants peuvent goûter aux aliments allergènes mais qu'ils doivent le faire, puisque les chercheurs ont prouvé que plus on introduit ces aliements tôt dans l'alimentation des bébés, moins ils risquent de développer des allergies.

Pour arriver à ce résultat, les chercheurs ont étudié 6 662 enfants nés en 2011 en France. Ils ont demandé aux parents de consigner, de rapporter l’alimentation de leur enfant, de la naissance jusqu'à leur cinq ans et Ils ont observé que pour un enfant sur dix, au moins deux allergènes majeurs (par exemple les œufs et le poisson) n’avaient pas encore été introduits à l’âge de dix mois. Ils ont constaté que ces enfants-là avaient deux fois plus de risque de développer une allergie alimentaire, par rapport à ceux qui mangent déjà au moins quatre allergènes avant l’âge de dix mois.

Tous les allergènes n'ont pas été testés

On considère que plus l'enfant goûte tôt ces aliments à risque, plus il développe une tolérance alimentaire et moins il a de risques de devenir allergique. Toutefois on note quelques limites à cette étude : d'abord, tous les allergènes n'ont pas été étudiés. Par exemple, les fruits à coque n'apparaissent pas. Ensuite, elle ne permet pas de comprendre pourquoi telle allergie se développe et pas l'autre. Pour cela, il faudrait plus d'enfants, les suivre plus longtemps, aussi pour savoir comment cela évolue dans le temps.

En fait, cette étude permet surtout de confirmer les recommandations sanitaires et l'importance de commencer la diversification alimentaire dès quatre mois.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.