Santé : il y a un lien entre les bactéries intestinales et le sommeil des bébés

écouter (3min)

C’est ce que viennent de montrer des chercheurs suisses. C’est encore une preuve que le ventre est notre deuxième cerveau.

Article rédigé par
Anne Le Gall - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un bébé en plein sommeil. (FRÉDÉRIC CIROU
 / MAXPPP)

On connaissait déjà le lien entre microbiote et sommeil chez les adultes mais ces chercheurs des université de Zurich et Fribourg viennent de montrer que cette interaction met en place très tôt, avant l'âge d’un an. Ils ont en effet suivi 162 nourrissons chez eux durant une dizaine de jours. Leurs parents devaient noter les heures de coucher, de réveil et de repas. Le temps de sommeil de ces bébés était enregistré grâce à un capteur de mouvements qu’ils portaient à la cheville, certains ont aussi été équipés de capteurs sur la tête pour surveiller l'activité du cerveau. En parallèle, ces chercheurs ont fait des prélèvements dans les couches culottes, pour surveiller l’état de la flore intestinale.


Leurs conclusions sont sans appel : les bébés ayant une flore intestinale plus pauvre, donc contenant moins de micro-organismes, ont aussi une moins bonne qualité de repos la nuit, avec un sommeil plus agité, plus fragmenté. Du coup ils dorment plus le jour. Ces chercheurs soulignent aussi que la diversité du microbiote et associée à une plus grande activité cérébrale chez ces bébés : dès la toute petite enfance, ce qui se passe dans les intestins influence donc le développement du cerveau, soulignent-ils.
 

Le microbiote régule notre système neurologique et immunitaire

Chez un adulte, le microbiote est une masse de deux kilos de micro-organismes (bactéries, microbes, virus) qui interviennent dans la digestion, mais aussi dans la fabrication de différentes molécules qui régule notre système neurologique et immunitaire. C’est comme cela que le travail de ces habitants de nos entrailles peut influencer notre sommeil et qu’un microbiote appauvri ou déséquilibré peut favoriser la survenue de troubles de l’humeur, de l'obésité, ou de certaines maladies inflammatoires.
 
On peut prendre soin de sa flore intestinale avec des probiotiques mais le résultat n'est pas garanti, et il vaut mieux se faire conseiller, car tous les cocktails ne se valent pas. Sinon de façon générale, le mieux pour prendre soin de son microbiote ce sont des repas variés. Attention donc à ne pas abuser des sucres, des graisses animales et des produits transformés, qui favorisent les bactéries responsables d'inflammation. Alors que les aliments contenant des fibres (légumes verts, crudités ou fruits)  favorisent au contraire le développement de micro-organismes bénéfiques pour l'intestin. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.