Pollution lumineuse : 300 communes, dont Genève, vont éteindre l'éclairage public une seule nuit

écouter (2min)

Sur la zone du Grand Genève, rester dans le noir, une seule nuit, c’est économiser la consommation électrique de 30 familles sur une année entière.

Article rédigé par
Anne Le Gall - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'éclairage public d'Aurillac (Cantal). (JEREMIE FULLERINGER / MAXPPP)

300 communes françaises et suisses vont éteindre ce vendredi 23 septembre leur éclairage public pour sensibiliser la population, à la pollution lumineuse et aux économies d’énergie. Il s'agit de communes situées autour de Genève, de Lyon, de Chamonix, d'Évian, ainsi que dans le Jura.

>> Pourquoi certaines communes éteignent leur éclairage public la nuit

À l’exception de certaines zones qui restent parfois éclairées pour des raisons de sécurité, de nombreux lampadaires et projecteurs autour des bâtiments publics resteront donc éteints en cette nuit d'équinoxe qui marque le début de l’automne. Cette opération baptisée "La nuit est belle" a été lancée pour la première fois il y a trois ans, dans le Grand Genève. Elle vise à sensibiliser la population a ce qu’implique vraiment l’extinction des lumières la nuit.

Une seule nuit et déjà des impacts

L’intérêt est que cette opération ponctuelle finit parfois par devenir définitive. Dans la région de Genève, depuis trois ans, les deux tiers des participants à cette opération ont opté ou sont sur le point d'opter pour l'extinction quotidienne de l'éclairage public car ils réalisent que les avantages sont supérieurs aux inconvénients. Par ailleurs, une seule nuit d'éclairage en moins, ce n’est pas rien en termes d'économie : rien que l'éclairage public représente un tiers de la facture d'électricité des communes, indique l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). Les gains économiques sont donc rapides.

En France, un tiers des communes ont déjà fait ce choix de limiter l'éclairage public en milieu de nuit. Ce qui est aussi bénéfique pour l’environnement. Car la lumière est par exemple la deuxième cause d’extinction des insectes (après les pesticides) car ceux ci s'épuisent à tourner autour des lampadaires et deviennent des proies faciles pour les chauves-souris et les oiseaux.

Les oiseaux migrateurs, sont aussi désorientés par l’eclairage nocturne. Un éclairage artificiel qui perturbe également le rythme biologique de nombreux animaux et parfois notre sommeil, à nous, les humains. L’année dernière, l'Académie de médecine a même préconisé dans un rapport d’inclure la lumière nocturne dans la liste perturbateurs endocriniens. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.