Le billet sciences, France info

Le vaccin suscite plus l'adhésion des Français : questions de confiance et de transparence?

Les courbes s’inversent dans les enquêtes d’opinion. Les Français, davantage favorables à la vaccination, sont encouragés par les personnes qui le font autour d'eux et par des vaccins très surveillés. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Les premières injections du vaccin Pfizer pour les plus de 75 ans hors Ehpad dans le Grand Nancy (Meurthe-et-Moselle).
Les premières injections du vaccin Pfizer pour les plus de 75 ans hors Ehpad dans le Grand Nancy (Meurthe-et-Moselle). (ROMAIN BERCHET / FRANCE-BLEU SUD LORRAINE)

Les Français sont plus nombreux à vouloir se faire vacciner : 56% selon notre dernier sondage., c'est 14 points de plus qu'il y a trois semaines. 

Les vaccins sont surveillés par le système de pharmacovigilance. Une trentaine de centres en France recueillent les signalements faits par des professionnels de santé mais aussi par des patients sur d’éventuels effets indésirables après une vaccination. Chaque semaine, l’agence du médicament, l’Ansm fait un point national sur la question. Jeudi 14 janvier, l’agence a signalé six cas graves : quatre réactions allergiques et deux cas de tachycardie, une proportion très faible au regard des 318 000 personnes vaccinées au total en France. Elle a également été informée du décès d’un patient mais sans qu’un lien puisse être fait avec sa vaccination. 

Décès et vaccin : pas forcément de lien

Si l'agence ne fait pas forcément le lien c'est parce qu’il s’agit d’un patient âgé dans un Ehpad. Il n’a pas fait de réaction allergique dans les 30 minutes après sa vaccination. Elle précise qu’il avait aussi des antécédents médicaux et un traitement lourd. La proximité entre sa vaccination et son décès peut être une coïncidence. Aujourd’hui, alors que dix millions de personnes ont été vaccinées dans le monde, il y a très peu de cas de décès signalés. Ceux qui font l’objet d’investigations poussées sont plutôt ceux de patients jeunes, comme celui d’un médecin de 56 ans aux États-Unis, qui a fait une forme très rare de maladie du sang. Mais là encore est-ce le vaccin qui en cause ou ce patient aurait-il déclenché de toute façon cette maladie ? Pour élucider la question, une enquête du centre de prévention des maladies est en cours. 

Calcul de bénéfice-risque

Bien sûr, il y a une liste de maladies à surveiller comme les réactions allergiques. Pendant les essais cliniques de Pfizer, sur 40 000 personnes vaccinées, six sont mortes, mais quatre n’avaient pas reçu le vaccin mais son placebo. Maintenant que le vaccin est déployé pour des millions de gens, les agences sanitaires scrutent de près les effets indésirables qui n’auraient pas été déjà vus pendant les essais. Pour quelques cas graves, il y a beaucoup de vies sauvées : c'est ainsi que se fait le calcul du bénéfice-risque pour ce vaccin, comme pour beaucoup de médicaments.
 

Les premières injections du vaccin Pfizer pour les plus de 75 ans hors Ehpad dans le Grand Nancy (Meurthe-et-Moselle).
Les premières injections du vaccin Pfizer pour les plus de 75 ans hors Ehpad dans le Grand Nancy (Meurthe-et-Moselle). (ROMAIN BERCHET / FRANCE-BLEU SUD LORRAINE)