Cet article date de plus d'un an.

Le réchauffement climatique fait grossir le nombre de sangliers

Les sangliers raffolent du gland de chêne. Un gland qui a une production abondante, une année sur deux.
Article rédigé par franceinfo - Anne Le Gall
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Un sanglier en Baie de Somme. (CELINE AUTIN / RADIO FRANCE)

Les sangliers raffolent des glands. Certes, cet animal est omnivore , il mange de tout et c’est aussi pour cela qu’il trouve parfois son bonheur dans les poubelles en ville mais quand il a des glands sous le groin, un sanglier est capable de s’en remplir l’estomac à 90%. Or des chercheurs du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et de l’Office français de la biodiversité ont établi que le réchauffement climatique, en multipliant les printemps secs et chauds, favorise la production abondante de glands une année sur deux. La première année, le chêne produit beaucoup de fruits et la suivante il met en place un mode de repos avec très peu de glands.

Les chercheurs ont établi que ce rythme de nourriture disponible en quantité importante un an sur deux a tendance à faire croître les populations de sangliers. Cela s'explique parce que deux ans, c’est l’âge à partir duquel un sanglier peut se reproduire. Tous les deux ans, il y a la fois abondance de glands et abondance de naissances, puisque les femelles sangliers sont bien nourries. Et deux ans plus tard, rebelote : les femelles du baby-boom précédent atteignent l’âge de se reproduire, trouvent de la nourriture en abondance et se reproduisent en nombre, etc. Les chercheurs ont ainsi observé que ce rythme de fructification du chêne favorise l’augmentation des effectifs de sangliers.

Si les sangliers sont plus nombreux avec le réchauffement climatique, cela veut dire qu’il est important de continuer de réguler les populations de sangliers par la chasse et il faut trouver la bonne pression de chasse, nous a expliqué Marlène Gamelon, chercheuse au CNRS, qui est l’une des auteurs de l’étude. Car quand lorsque la pression est forte, les sangliers tendent à accélérer  leur cycle de vie et à se reproduire un peu plus tôt. Avec l’impact du réchauffement climatique, ce sont autant de phénomènes complexes (et un peu surprenants), qu’il est utile de continuer à étudier pour mieux prédire l’évolution des populations.


Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.