Le billet vert, France info

Le billet vert. Les nouvelles mesures en faveur de l’énergie des bâtiments

Les parlementaires examinent en ce moment les questions sur la loi de finances pour 2020, en particulier la question des dépenses énergétiques des bâtiments.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des ouvriers posent des panneaux solaires sur le toit d\'un immeuble ancien. Illustration
Des ouvriers posent des panneaux solaires sur le toit d'un immeuble ancien. Illustration (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

En ce moment La loi de finances pour 2020 est examinée à l'Assemblée nationale. Les députés se penchent notamment sur les dépenses énergétiques des bâtiments  

Selon l’Ademe, nos bâtiments sont responsables de 44% de consommation d’énergie et de 25% des émissions de CO2  

Si la France veut tenir ses engagements et diviser par 4 ses émissions d’ici 2050, il faudra prioriser l’énergie du bâtiment car actuellement elle représente l’équivalent de plus d’une tonne d’équivalent pétrole par an et par habitant ! Il faudra donc un plan d’isolation et des incitations fiscales importantes.   

Le poste logement représente à lui seul 30% du budget des ménages  

Le problème est que pour en bénéficier, il faut en avoir les moyens, ce qui n’est pas le cas des 12 millions de Français qui se trouvent en situation de précarité énergétique. Marjolaine Meynier-Millefert, députée de l’Isère, milite pour des incitations fiscales à la rénovation énergétique en faveur des ménages les plus aisés. Pour les moins aisés il faudra trouver des dispositifs adaptés.  

Toutes les aides et incitations aux économies d’énergie sont débattues actuellement à l’Assemblée nationale pour 2020. À cela s’ajoute des initiatives comme le remplacement des chaudières à fuel pour 1 euro, comme le propose Christophe Février président fondateur de la société Hellio. Il propose des chaudières à granulats de bois, énergie renouvelable et peu émettrice de CO2. Son objectif est de remplacer 3,5 millions de chaudières à fuel.  

Tout cela concerne les bâtiments anciens qui sont évidemment la majorité, mais pour les bâtiments en construction, les normes d’isolation sont de plus en plus exigeantes, il n’est plus possible de construire des passoires, mais des BBC des bâtiments basse consommation, c’est devenu la norme.  

On commence à voir sortir de terre des bâtiments à énergie nulle et même positive

Christophe Liénard, directeur de l’innovation du groupe Bouygues, décrit un immeuble innovant à Grenoble, qui à une ferme solaire sur son toit, qui récupère les eaux de pluie, ainsi que la biomasse. Il stocke l’énergie au travers des voitures électriques qui reçoivent et fournissent de l’énergie : "ça marche dans les deux sens".

Les isolations efficaces, les chaudières alimentées en énergies renouvelables  et les nouveaux bâtiments à énergie positive devraient contribuer fortement à la baisse de nos émissions, si on s’en donne les moyens !    

Des ouvriers posent des panneaux solaires sur le toit d\'un immeuble ancien. Illustration
Des ouvriers posent des panneaux solaires sur le toit d'un immeuble ancien. Illustration (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)