Astronomie : des chercheurs parviennent à révéler le texte effacé d’un parchemin historique

écouter (2min)

Les progrès techniques d’imagerie ne servent pas qu’en médecine, ils sont aussi utiles en histoire. Des chercheurs Français viennent de redécouvrir un traité d’astronomie antique qui avait pourtant été totalement effacé.

Article rédigé par
Anne Le Gall - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Papyrus exposé au Musée égyptien du Caire (Egypte). Photo d'illustration.  (KHALED DESOUKI / AFP)

C'est un véritable voyage dans le temps. Ce texte d’astronomie antique a près de 2200 ans : il s'agit d'un extrait du catalogue d'étoiles de l’astronome grec Hipparque et c'est la plus ancienne tentative humaine connue de mesure de la position des étoiles dans le ciel. Ces deux pages d’astronomie antique viennent d’être retrouvées par une équipe franco-britannique impliquant le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) dans un manuscrit chrétien datant du Moyen Âge conservé au monastère orthodoxe Sainte-Catherine, de la péninsule du Sinaï, en Égypte. 

Palimpsestes

Ces pages étaient en fait cachées par d’autres lignes d'écriture, car elles avaient été volontairement effacées, pour que le parchemin puisse resservir de support à un nouvel auteur. Le palimpseste, manuscrit constitué d’un parchemin déjà utilisé, était en effet le recyclage de l'époque. Les historiens ne connaissaient jusqu’ici l’existence de ces observations astronomiques d'Hipparque que par d’autres écrits, mais là, ils ont enfin pu les retrouver et les lire.

Ces chercheurs ont donc pu lire un texte totalement effacé, et sur lequel on a réécrit, grâce aux techniques d’imagerie multi-spectrales. Le principe est de prendre des photos du texte dans différentes longueurs d’onde et de les recombiner ensuite par informatique, selon Victor Gysemberg, chercheur au CNRS au centre Léon Robin à Paris, l’un de ceux qui ont contribué à cette découverte. Dans certaines longueurs d’onde lumineuses, des traces d’encre effacée peuvent réapparaître.

Des calculs justes au degré près

Et c’est donc une technique qui rend visible des traces, des écritures qui avaient disparu. “Jamais je n’aurais espéré être le témoin de cette découverte de mon vivant”, confie le chercheur. À la lecture de ces deux pages retrouvées, les historiens ont pu ensuite constater que les calculs d’Hipparque sur la position des étoiles, réalisés aux alentours de moins 150 avant Jésus Christ, à l'œil nu, étaient justes au degré près. Plus justes même que d’autres mesures astronomiques faites quelques siècles plus tard. Cette technique d’imagerie pourrait permettre de faire ressurgir d’autres documents disparus. De vieux traités de médecine, des pages rédigées par Platon ou Archimède, de vieux herbiers illustres ont aussi pu réapparaître.

Reste que cette technique d'imagerie multispectrale est assez coûteuse, mais elle n’en est qu'à ses débuts. Il est encore possible d'améliorer techniquement la qualité des photos, la résolution d’image, l'analyse spectrale... Scientifiques et historiens espèrent donc pouvoir décrypter dans les années qui viennent des centaines de palimpsestes, ces parchemins réutilisés, qui dorment dans les bibliothèques.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.