Les Vikings ont bien été les premiers à gagner l’Amérique, il y a 1000 ans exactement

écouter (3min)

Il y avait déjà des preuves d’une présence viking en Amérique. On sait depuis 60 ans que les navigateurs nordiques ont débarqué sur l’Île de Terre-Neuve. Mais on ne parvenait pas à dater cette présence. 

Article rédigé par
Mathilde Fontez - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'anse aux Meadows, au Canada, site historique classé au patrimoine mondial de l'Unesco, fouillé il y a 60 ans. Les découvertes récentes confirment la présence viking en 1021.  (MICHAEL RUNKEL / ROBERT HARDING HERITAGE / AFP)

On savait depuis 60 ans que les Vikings avaient atteint l’Île de Terre-Neuve mais sans date précise. Des chercheurs viennent enfin d’y parvenir, en se servant d’une tempête solaire et des traces qu’elle a laissées dans les cernes des arbres comme repère : les Vikings étaient à Terre-Neuve en 1021. Les précisions de Mathilde Fontez, rédactrice en chef d’Epsiloon.

franceinfo : Les navigateurs nordiques ont découvert l’Amérique bien avant Christophe Colomb… il y a 1000 ans ? 

Mathilde Fontez : 1000 ans tout pile ! On le sait aujourd’hui : en 1021, les Vikings étaient en Amérique. C’est une équipe internationale qui vient d’en donner la preuve. En traquant la quantité de carbone 14 présente dans les arbres d’un site archéologique connu à Terre-Neuve…

On savait déjà que les Vikings avaient débarqué à Terre-Neuve ?

Oui. Et depuis longtemps. Depuis les années 60-70. A l’époque, on a retrouvé des vestiges, en particulier les restes d’une sorte de village, au bord de la mer, sur un site qu’on appelle aujourd’hui l’Anse au Meadows. Il y a là des bâtiments, des objets, qui ne ressemblent pas à ceux construits à l’époque par les Américains indigènes. L’endroit est considéré comme un site archéologique majeur. Il est même classé au patrimoine de l’Unesco.

Le site canadien de L'Anse aux Meadows, site classé au patrimoine de l'UNESCO, est le seul qui atteste la présence viking en Amérique, il a été fouillé dans les années 60. (MICHAEL RUNKEL / ROBERT HARDING HERITAGE / AFP)

Mais les archéologues ne parvenaient pas à dater cette présence viking. Il y a eu de grandes campagnes de terrain, des fouilles. Les sagas nordiques aussi ont été beaucoup étudiées. Mais tout ce qu’on pouvait dire, c’est que les Vikings étaient sans doute venus là à la fin du premier millénaire. Sans beaucoup plus de précision.

Et là, les chercheurs ont utilisé une nouvelle technique ?

C’est une technique connue : elle sert normalement à retrouver les anciennes tempêtes solaires. Vous allez me dire que vous ne voyez pas le rapport entre les tempêtes solaires et les Vikings. Mais je vous assure, il y en a un…

Quand le Soleil entre en éruption, cela arrive de temps en temps, il envoie des bouffées de particules chargées vers la Terre, qui interagissent avec l’atmosphère. Et il se forme du carbone 14. Quand il y a une tempête solaire, il y a donc momentanément un taux plus élevé de cet élément dans l’air. Et il se stocke dans les arbres. Il suffit donc ensuite d’étudier les cernes des arbres, vous savez ces cercles qui marquent la pousse d’un arbre, pour y retrouver ceux qui sont concentrés en carbone 14, et donc dater l’éruption.

Or, on sait qu’il y a eu une éruption près de la date d’arrivée des Vikings en Amérique, en 993. Les chercheurs ont donc eu l’idée d’en rechercher les traces dans le bois utilisé pour construire les bâtiments de l’Anse aux Meadows, et ils ont trouvé. Les cernes de ce bois montrent qu’il a été coupé précisément 28 ans après l’éruption, soit en 1021 !

20 janvier 2015 au Canada. L'Anse aux Meadows, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1978. (DEA / C. SAPPA / DE AGOSTINI EDITORIAL / GETTY IMAGES)

Cela ne veut pas dire que les Vikings ont débarqué en Amérique en 1021 ?

Non, vous avez raison. On peut juste dire qu’ils étaient présents en 1021.
Mais c’est déjà beaucoup. Cela donne un ancrage dans le temps, pour la première fois, pour raconter l’histoire des premiers découvreurs de l’Amérique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.