Le billet sciences du week-end. Transformer nos déchets en énergie renouvelable : la méthanisation

écouter (3min)

Pendant tout l’été, dans "Le billet sciences du week-end", Gérard Feldzer nous parle des nouvelles technologies qui nous permettront de mieux vivre dans un monde durable. Aujourd’hui, il est question de la valorisation de nos déchets en énergie. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une usine de biométhanisation. (Illustration) (JEAN-LUC FLEMAL / BELGA MAG / AFP)

Selon l'ADEME, l’agence de la transition écologique, un Français produit 350 kilos de déchets par an, dont un tiers d’origine organique. Mis à fermenter, ils produisent  du biogaz composé de méthane et de CO2, une énergie thermique renouvelable ! Naskeo Environnement est spécialisée dans la méthanisation.  

Nous construisons des usines qui permettent aux agriculteurs, aux industriels et aux collectivités de transformer leurs déchets et de produire du gaz vert, du gaz renouvelable.

Aurélien Lugardon, créateur de Naskeo

Une exploitation agricole produit du gaz méthane grâce aux excréments de vaches, à Moussonvilliers (Orne), le 24 janvier 2016. (MAXPPP)

La méthanisation de 15 000 tonnes de déchets organiques équivaut, sur un an, au carburant de 60 bus, ou à l’électricité pour 1 300 logements ou encore au chauffage de 700 maisons, tout cela en réduisant les émissions de CO2 de 80%.  

Quand vous faites fermenter à l’air libre des effluents d’élevages, c’est-à-dire des fumiers ou du lisier,  sans les introduire dans une unité de méthanisation, ils émettent du méthane, un gaz à effet de serre beaucoup plus impactant que le CO2. Donc vous avez ici un double impact : production d'énergie renouvelable, et réduction des émissions de méthane.

Aurélien Lugardon

Cette fermentation sans oxygène, dite “anaérobie” produit aussi un compost, le “digestat”, utilisé comme fertilisant par les agriculteurs. On recense aujourd’hui plus de 500 installations de méthanisation en France. “Aujourd’hui, c’est encore marginal, souligne Aurélien Lugardon, 1% du gaz qui circule dans le marché est du gaz renouvelable, et cela double chaque année. En 2030, on sera à 10%, et en 2050, on espère se passer du gaz importé pour ne plus utiliser que du gaz renouvelable.”

Cette filière en pleine expansion peut remplacer nos énergies fossiles, qui occupent encore 81% du marché de l’énergie actuelle.

Combiner production d'énergie et recyclage des déchets, et notamment des biodéchets, comme le fait Naskeo, est une solution d'avenir pour réduire nos émissions et nos flux de déchets. C'est aussi  s'engager dans un monde plus durable, ce pourquoi nous soutenons ces innovations avec l'ADEME l'agence de la transition écologique de la république française.

Arnaud Leroy, président de l'ADEME

La station de traitement des eaux du Grand-Nancy, à Maxéville, le 4 septembre 2019. Des travaux de construction des deux nouveaux digesteurs de boues d'épuration sont en cours en 2021 pour installer deux unités de méthanisation pour produire du biogaz.  (CEDRIC JACQUOT / MAXPPP)

À lire

Connaissance des énergies : la méthanisation

Méthanisation (production de biogaz et de digestat) : explications (connaissancedesenergies.org)   

La méthanisation – Ademe  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Le billet sciences du week-end

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.