Le billet sciences du week-end. Oui ! Il faut se laver les mains durant 20 secondes

écouter (3min)

Une nouvelle révélation de la science confirme notre corvée quotidienne. Oui, pour bien laver ses mains, il faut les frotter longtemps…

Article rédigé par
Mathilde Fontez - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Se laver les mains de manière dynamique pendant 20 secondes permet d'éliminer les virus et microbes de la surface de notre épiderme. (Illustration) (STEVEN PUETZER / THE IMAGE BANK RF / GETTY IMAGES)

Mathilde Fontez, rédactrice en chef d’Epsiloon, le magazine d'actualité scientifique, évoque aujourd'hui sur franceinfo, dans Le billet sciences du weekend, une nouvelle révélation d'un physicien anglais qui confirme notre corvée quotidienne.

franceinfo : Il faut donc se frotter les mains au moins 20 secondes pour bien les laver ? 

Mathilde Fontez : Oui, 20 secondes. C’est bel et bien le temps qu’il faut pour éliminer efficacement les saletés, et surtout les virus et autres microbes qui se seraient accrochés à notre épiderme. Coronavirus en première ligne, évidemment. Des études de chimie, de microbiologie avaient déjà établi cette durée, mais là, c’est la physique qui s’est emparée de la question.  

C’est un physicien qui a réalisé l’étude ?

Un physicien anglais, oui, Paul Hammond. Il a commencé par plonger dans la littérature scientifique. Le lavage de mains, ce n’est pas un petit sujet. On le sait aujourd’hui, le Covid-19 nous l’a appris, c’est l’un des meilleurs moyens de lutter contre les infections. Et les infections, c’est – hors Covid  entre 5 et 15% des patients hospitalisés, entre 9 et 37% des patients admis en soins intensifs, et 135 000 morts par an en Europe.

Des études ont commencé dès le milieu du XIXe siècle, à conclure que les mains étaient un vecteur important de transmissions de ces infections, en particulier à l’hôpital. Et les premières recommandations sur le lavage des mains ont commencé à tomber dans les années 1980. Mais en regardant toutes ces études, le chercheur s’est aperçu que personne n’avait étudié le protocole sous l’angle de la physique des fluides.  

Il s’est donc lancé…

Oui, pour voir si les conclusions étaient cohérentes. Et en faisant appel à une branche de la dynamique des fluides, vieille de 135 ans, appelée théorie de la lubrification. Cette théorie décrit les couches minces de fluides coincées entre des surfaces.

A partir de là, il a créé un modèle simple du lavage de mains. Avec un objectif donc : estimer le temps qu’il faut, avec de l’eau et du savon, pour déloger des particules… de la taille d’un virus. Et ses résultats ont confirmé qu’il faut 20 secondes de frottement pour éliminer les agents pathogènes. Il n’a même pas eu besoin de considérer les processus chimiques ou biologiques qui agissent, la manière dont les composants du savon vont s’accrocher aux microbes. La physique basique suffit, par simple frottement.

Mais attention, un frottement dynamique : le chercheur a aussi montré qu’il existe un seuil de vitesse au-delà duquel le processus devient beaucoup plus efficace. On sait donc ce qui nous reste à faire… 20 secondes. C’est long, mais moins que les 3 minutes du brossage de dents.

Will we ever wash our hands of lubrication theory ? : Physics of Fluids: Vol 33, No 8 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Le billet sciences week-end

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.