Le billet sciences du week-end, France info

Le billet sciences du week-end. Nourrir les villes : les fermes verticales

L'ONU estime que sept milliards d’être humains vivront en ville, d’ici 2050. De nombreux projets permettent de réhabiliter des quartiers et de revitaliser des friches industrielles avec des créations de serres sur les toits, ce qu'on appelle des fermes verticales.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une ferme verticale en Colombie-Britannique à l\'ouest du Canada. 
Une ferme verticale en Colombie-Britannique à l'ouest du Canada.  (GETTY IMAGES / BLOOMBERG CREATIVE)

Avec la réduction des surfaces cultivables, se pose la question de comment nourrir l’ensemble de la population. Aidé par l’intelligence artificielle et les robots qui régulent les bonnes températures, les intrants, l’humidité, la protection contre les maladies, etc.. les cultures urbaines se multiplient à travers le monde.  

Anouck Barcat, présidente de l’association française de l’agriculture urbaine professionnelle (AFAUP) donne des exemples concrets d’initiatives d’agriculture en ville :   

On peut voir des serres sur des toits de banlieues à Tours, des potagers dans des parcs municipaux à Nantes, ou des moutons dans des espaces verts ou des friches en Seine-Saint-Denis.

Anouck Barcat, président de l'AFAUP

Serres sur les toits, ou fermes verticales, ces projets permettent de réhabiliter des quartiers, de revitaliser des friches industrielles.  

Image numérique d\'une grande ferme verticale. (Illustration)
Image numérique d'une grande ferme verticale. (Illustration) (ALVAREZ / E+ / GETTY IMAGES)

Circuits courts, fraîcheur des produits, les avantages sont nombreux

Lufa Farms à Montréal avec ses serres de 3 000 à 4 000 m2 sur les toits des immeubles, nourrit chaque année 5 500 personnes. Le tout sans pesticides. La ville de Detroit aux États-Unis, après la crise de l’automobile, est un bel exemple de mobilisation des habitants pour réhabiliter des bâtiments désaffectés au travers de l’association Michigan Urban Farming Initiative.  

Les fermes verticales ont conquis des villes comme Singapour, Montréal, Copenhague ou Tokyo, les agrumes sont cultivés sur plusieurs étages, nourris par les racines, grâce au système d’hydroponie ou encore par l’aéroponie, avec une pulvérisation de nutriments et cela donne des résultats très encourageants.  

Les avantages de ces tours de culture  

Le secteur agroalimentaire actuel représente 70% de la consommation mondiale d’eau douce. Ces fermes verticales consomment 50 fois moins d’eau, et laissent 20 fois moins de déchets que les cultures traditionnelles.

La plus grosse ferme verticale d’Europe, ouverte en décembre 2020 à Copenhague, utilise exclusivement de l’énergie éolienne. Nordic Harvest y produit 1 000 tonnes de salades et herbes aromatiques par an, sur un espace 100 fois inférieur aux champs habituels. Les rendements permettent à une seule ferme de 30 étages d’alimenter 50 000 personnes.  

Ferme intérieure à Taiwan avec des pousses de laitue éclairées par des leds. (Illustration)
Ferme intérieure à Taiwan avec des pousses de laitue éclairées par des leds. (Illustration) (AZMANL / E+ / GETTY IMAGES)

Un sujet encore frileux en France  

Leur coût est élevé, et la technologie associée reste complexe. En France, la startup Jungle a créé la première ferme urbaine à 80km de Paris et approvisionne déjà plusieurs supermarchés parisiens en plantes aromatiques.  

Anouck Barcat nous rappelle qu'en France, ces cultures urbaines ont une visée plus éducative, de reconnexion des urbains avec le vivant et la nature, et d’introduction de l’écologie dans la ville plus qu’une réelle volonté d’autonomie alimentaire.   

Annexes et liens sur le sujet   

Christine Aubry, ingénieure à l’Inra : Qu'est ce que l'agriculture urbaine ? 

Nourrir les villes demain - Christine Aubry 

Nourrir les villes : que peut-on attendre de l’agriculture urbaine ? 

Nourrir les villes : que peut-on attendre de l’agriculture urbaine ? 

France Inter : Jean-Paul Charvet, Révolution Agriculture urbaines : des utopies aux réalités  - Vers des métropoles agriurbaines ? 

Insécurité alimentaire et agriculture urbaine à l’heure du Covid-19 

Agriculture urbaine : sous le béton, un secteur qui bourgeonne | CIDJ 

Une ferme verticale en Colombie-Britannique à l\'ouest du Canada. 
Une ferme verticale en Colombie-Britannique à l'ouest du Canada.  (GETTY IMAGES / BLOOMBERG CREATIVE)