L’agriculture a été inventée pour se vêtir, non pour se nourrir

écouter (3min)

C’est la thèse que défend un historien de l’université de Sydney, Ian Gilligan.  

Article rédigé par
Mathilde Fontez - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 (PATRICK PLEUL / DPA-ZENTRALBILD)

L'agriculture n’aurait pas été inventée par l’homme pour se nourrir, mais pour se vêtir. Ce sont les vêtements qui auraient motivé cette transition fondamentale de l’histoire de l’humanité. C’est en tout cas la thèse que défend un chercheur de l’université de Sydney, Ian Gilligan.  

franceinfo : comment est née cette hypothèse ?

Mathilde Fontez : entre l’apparition d’Homo sapiens, il y a environ 300 000 ans et l’arrivée de l’agriculture, il y a 12 000 ans au plus. Le chercheur est parti de là : pourquoi ce délai ? Pourquoi l’humain a-t-il mis si longtemps à se lancer dans l’agriculture ? Ensuite, Ian Gilligan a focalisé sur une coïncidence : la révolution agricole a eu lieu pile à la fin de la dernière période glaciaire.  

Concrètement, comment s'est opérée cette transformation ? 

Dans un climat plus chaud et humide, les peaux et les fourrures dont ils étaient vêtus seraient devenues totalement inconfortables. Et comme à l’époque déjà, la nudité n’était plus socialement acceptable, il a fallu inventer des vêtements perméables et se mettre à tisser. C’est ça qui aurait provoqué la révolution textile qui aurait à son tour déclenché la révolution agricole.

Le chercheur a ensuite regardé les premières espèces de plantes cultivées pour voir si elles corroboraient son hypothèse. Il a observé que les espèces végétales, mais aussi les premières espèces animales qui ont été domestiquées, étaient destinées au tissage. Et c’est le cas partout dans le monde. En Asie du Sud Est, ça commence par les moutons qui produisent des fibres, et pas par les bovins, alors qu’ils sont un choix plus évident pour la viande. En Amérique du Sud, c’est la même chose pour les alpagas. En Asie du Sud-Ouest, on cultive d’abord le lin. En Chine, on cultive le chanvre et la soie. En Amérique, le coton… Sans compter qu’on sait aujourd’hui que les ancêtres sauvages du blé, du maïs, du riz qui étaient tout de même cultivés étaient des aliments médiocres pour les humains mais parfait pour nourrir les animaux.  

Et il y a d’autres signes ? Il y a ces découvertes d’archéologues, qui montrent que la production agricole alimentaire était en fait stockée : elle était utilisée en complément, et pas comme nourriture principale. En fait, les humains à l’époque étaient toujours des chasseurs-cueilleurs. D’ailleurs, d’autres études ont montré qu’ils réussissaient avec la cueillette à nourrir tout le monde, et de manière plus fiable qu’avec l’agriculture. Et il y a aussi la découverte très tôt de nombreux outils de tissage.    

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.