Espace : première observation d’un trou noir qui se réveille en direct

On assiste pour la première fois au réveil d’un trou noir. Les astrophysiciens ont vu ce trou noir, situé à environ 300 millions d'années-lumière de la Terre s’activer : tout à coup, les gaz autour de lui sont devenus très brillants.
Article rédigé par franceinfo - Mathilde Fontez
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Comparaison de la taille de deux trous noirs. M87* au coeur de la galaxie Messier 87, et Sagittarius A*, à droite, au centre de la Voie Lactée, notre galaxie. (EUROPEAN SOUTHERN OBSERVATORY / EHT COLLABORATION / LIA MEDEIROS)

C’est un phénomène qu’on cherche depuis longtemps à observer, pour comprendre comment les trous noirs qui règnent au cœur des galaxies les structurent : le réveil d'un trou noir. Mathilde Fontez, rédactrice en chef du magazine scientifique Epsiloon, revient sur cette observation qui vient d’être publiée par une équipe internationale d’astrophysiciens.

franceinfo : Ces astrophysiciens ont suivi en direct le réveil de ce trou noir ? 

Mathilde Fontez : Oui, ils ont vu un trou noir qui tout à coup, se met à avaler le gaz autour de lui, qui se met à l’attirer, le chauffer, jusqu’à ce qu’il se mette à briller au point d’être visible à des centaines de millions d’années-lumière. 

Un trou noir qui jusque-là était calme, comme le nôtre, celui qui règne au centre de notre galaxie, mais qui s’est réveillé, sous l’objectif des télescopes. 

Un coup de chance… 

Oui, les astronomes l’ont avoué. Ils avaient lancé des campagnes de détection, ils avaient même ciblé des galaxies particulières, dont la lumière semblait varier. Ils cherchaient ce phénomène : dans l’univers, 10% des galaxies ont un centre très brillant, un centre chauffé, illuminé par la gravité monstrueuse d’un trou noir central.

Mais les astronomes n’étaient pas tombés sur la perle rare : une galaxie où on voit le phénomène démarrer. Et c’est une observation de routine, du télescope Zwicky en Californie, qui l’a trouvée, en 2019 d’abord. Un premier signe d’illumination, à 300 millions d’années-lumière de nous. Puis en 2022, ça s’est amplifié. 

Alors les astronomes ont sorti l’artillerie lourde, les plus gros télescopes du monde, le Keck à Hawaï et le Very Large Telescope au Chili. Et ils ont pu voir que cette lumière brillante continuait de s’intensifier. "Un comportement sans précédent", d’après les chercheurs. Pour la première fois, on voit l’activation d’un trou noir supermassif, en temps réel. 

Et ça continue ? 

Oui, et c’est ce qui fait dire aux spécialistes qu’il ne s’agit pas simplement d’une étoile qui passait par là, près du trou noir, et qui s’est fait déchiqueter. Si c’était le cas, ça devrait être terminé – ce genre d’attaque stellaire, ça ne dure que quelques semaines, un an au plus. Non, il semble bien qu’ici, le trou noir soit en train d’allumer tout le centre de sa galaxie. 

De quoi comprendre le phénomène, savoir pourquoi il se produit, qu’est-ce qui le déclenche. Et par exemple, prévoir si notre trou noir, Sagittarius A*, pourrait un jour se réveiller, et allumer comme ça tout le centre de notre galaxie. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.