Le 17 / 20 numérique, France info

L’histoire du jour : une tante poursuit son neveu pour un trop plein d'amour

Jennifer Connell, directrice des ressources humaines de 54 ans, a poursuivi son neveu de 12 ans, Sean Tarala. Le chef d’accusation : il a eu le tort de lui sauter dessus pour l'embrasser.

(©)

Et par la même occasion de lui casser le poignet en la faisant tomber. Bon, ça se déroule sans surprises, aux Etats-Unis, pays où l’on a le procès facile. Jennifer Connell, une directrice des ressources humaines de 54 ans, a poursuivi son neveu de 12 ans, Sean Tarala. Le chef d’accusation est clair : il a eu le tort de lui sauter dessus pour l'embrasser, et par la même occasion de lui casser le poignet en la faisant tomber.

Le déroulement des faits démarre il y a quatre ans : le garçon vient de recevoir son premier vélo pour son anniversaire. Alors qu'il fait joyeusement le tour de sa maison, il aperçoit sa tante, laisse tomber sa nouvelle bicyclette en hurlant et il saute en l’air. La tante le rattrape et les voilà tous les deux les fesses à terre.

Et voilà que, 4 ans après, la Tante affirme s'être cassée le poignet en tombant ce fameux jour joyeux, et elle déclare aussi ne pas l'avoir dit sur le coup pour ne pas gâcher la fête du garçon qui fêtait ses 8 ans. Ce qui ne l'a pas empêché de le traîner en justice en lui réclamant la somme de 127 000 dollars pour le préjudice physique et moral subi. Il a désormais 12 ans et il a perdu sa mère l'an dernier.

Face aux jurés, Jennifer Connell a vainement assuré de son amour envers son neveu et qu'il était quelqu'un de "tendre et sensible". Sauf qu'il doit être tenu pour responsable de ses actions comme tout à chacun. Vu de France, tout cela peut paraître ubuesque mais le procès à eu lieu en début de semaine et le jeune Sean convoqué. Verdict au bout de 25 minutes : Tante Jennifer Connell a été déboutée. Après le verdict et face au déluge de mauvaise publicité, ses avocats ont affirmé qu'elle était obligée d'intenter un procès pour que son assurance lui rembourse ses frais médicaux.

(©)