La médaille du jour, France info

La médaille du jour : "Les Forçats de la route" au théâtre

Le reportage d'Albert Londres sur le Tour de France 1924 est mis en scène jusqu'au 11 mars à la Comédie-Française.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Nicolas Lormeau dans \"Les Forçats de la route\" à la Comédie-Française, à Paris, le 20 février 2018.
Nicolas Lormeau dans "Les Forçats de la route" à la Comédie-Française, à Paris, le 20 février 2018. (ERIC FEFERBERG / AFP)

"Les Forçats de la route", le reportage d'Albert Londres sur le Tour de France, est mis en scène jusqu'au 11 mars à la Comédie-Française. Le comédien Nicolas Lormeau interprète avec brio le texte du célèbre reporter publié en 1924 dans le journal Le Petit Parisien

C'est un évènement. "Une oeuvre d'inspiration sportive à la Comédie-Française c'est une première", explique Nicolas Lormeau. C'est aussi un choc pour ceux qui découvrent ou redécouvrent l'oeuvre : tout ce qui fait encore la légende du Tour y est décrit. 

Déjà le dopage...

La souffrance d'abord. En 1924 les coureurs parcourent 5 425 km, les étapes durent jusqu'à 20 heures, dans le froid des cols ou la poussière des plaines.
"Il fait trop chaud", écrit Londres, le créateur n'est pas raisonnable il va faire mourir ces hommes".

Le dopage ensuite. "On marche à la dynamite", révèle Henry Pélissier, l'une des stars du peloton. A Coutances où il abandonne, il présente au journaliste une fiole remplie de cocaïne.

La foule aussi. Dix millions de Français sur le bord des routes, estime Albert Londres. Parfois elle renverse les coursiers. Albert Londres cite le coureur Bellenger : "C'est à nous rendre méchants. Si j'avais eu un revolver, j'en tuais un..." 
et le journaliste de conclure : "Ce sont des prix que l'on a promis à ces garçons et non des civières."

Ces coureurs sont-ils des héros qui écrivent une légende ou bien des hommes exploités par le Tour ? Albert Londres pose  aussi la question. La sécurité, la santé, la gloire, la mort des coureurs... Près d'un siècle plus tard ces débats agitent toujours le cyclisme. 

Les Forçats de la route jusqu'au 11 mars au Studio théâtre de la Comédie-Française à Paris.

Nicolas Lormeau dans \"Les Forçats de la route\" à la Comédie-Française, à Paris, le 20 février 2018.
Nicolas Lormeau dans "Les Forçats de la route" à la Comédie-Française, à Paris, le 20 février 2018. (ERIC FEFERBERG / AFP)