La médaille du jour, France info

La médaille du jour. le footballeur Eduardo Camavinga a marqué l'année 2019 et marquera 2020

Eduardo Camavinga n'a pas 18 ans. Ce footballeur évolue à Rennes et vaut d'ores et déjà 100 millions d'euros. 

Eduardo Camavinga, qualifié dans l\'équipe de France espoirs.
Eduardo Camavinga, qualifié dans l'équipe de France espoirs. (FRANCK FIFE / AFP)

Eduardo Camavinga a déjà beaucoup fait parler de lui durant les six derniers mois de cette année 2019 et l’an prochain, on attend effectivement la confirmation de son immense talent. Talent qui a éclaté au grand jour cette saison en Ligue 1, puisque cette pépite évolue au stade rennais actuel 3e du championnat de Ligue 1.     

Julien Stéphan, l'entraineur de Rennes, a lancé Eduardo Camavinga en Ligue 1 en avril 2019. Il avait 16 ans, 4 mois et 27 jours, il a même dépassé en précocité un joueur comme Kylian Mbappé. Imaginez vous, c’est comme ci vous étiez au lycée, que vous prépariez le bac et qu’on décidait de vous faire jouer au football face à des joueurs mondialement connu comme justement Mbappé ou Neymar. Á Rennes, il est devenu titulaire indiscutable et il a même été appelé en équipe de France espoirs.

Camavinga qui est né en Angola le 10 novembre 2002 a appris qu’il était naturalisé le lundi, il a fêté ses 17 ans le mardi et le mercredi, un appel en équipe de France espoirs : on peut appeler ça une semaine riche en émotions. Porter le maillot des Bleus, Camavinga en rêvait. La belle histoire devrait continuer en 2020 avec Rennes qui va continuer de le couver car évidemment, quand vous avez ce talent dans le milieu du football, vous suscitez les convoitises. Les sommes les plus folles circulent autour de la valeur d’Eduardo Camavinga : 70, 100 millions d’euros... ce qui en fait l’un des joueurs les plus chers du championnat de France. Le Real Madrid serait déjà sur les rangs. On n’a pas fini d’entendre parler de lui.

Eduardo Camavinga, qualifié dans l\'équipe de France espoirs.
Eduardo Camavinga, qualifié dans l'équipe de France espoirs. (FRANCK FIFE / AFP)