La médaille du jour, France info

La médaille du jour. Comment le gymnaste Samir Aït-Saïd veut échapper à l'étiquette de "l'homme qui s'est blessé à Rio"

Le Français est revenu à la compétition après sa terrible blessure aux Jeux de Rio, en 2016.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Samir Aït-Saïd à l\'entraînement, en septembre 2018.
Samir Aït-Saïd à l'entraînement, en septembre 2018. (PHOTO PHILIPPE JUSTE / MAXPPP)

Les blessures, même graves, font partie du quotidien des sportifs, de leur carrière. Mais il y a blessure et blessure. Ce qui est arrivé au gymnaste antibois Samir Aït-Saïd est terrible. Peut être ne connaissez vous pas son nom, mais l'image, elle, vous vous en souvenez sans aucun doute...

C'était il y a deux ans, aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro. Samir Samir Aït-Saïd s'élance au cheval d'arçon et, au moment de la réception, sa jambe craque. Double fracture tibia-péroné. L'image fait le tour du monde et restera l'un des moments les plus douloureux de ces Jeux.

Comment se relever physiquement et mentalement après une telle blessure ? Samir Aït-Saïd l'a fait. Pour ne pas rester là-dessus, pour ne pas rester éternellement "le gymnaste qui s'est blessé à Rio". Il a fallu avancer coûte que coûte. Samir Aït-Saïd reprend la compétition après un an d'arrêt, sans certitude, mais avec envie, avec pour dernier souvenir de Rio une longue cicatrice en travers de la jambe gauche. Et pour son grand retour l'an dernier, il atteint la finale des Internationaux de France, s'inclinant simplement devant le champion olympique en titre.

Le revoilà, Samir Aït Saïd, à l'AccorHotels Arena de Paris Bercy, un an après, pour ces mêmes Internationaux de France, après avoir récupéré un neuvième titre de champion de france aux anneaux en mai dernier; Le revoilà avec une idée en tête qui l'a fait remonter en selle. Une idée pour ne pas céder à la dépression. Une idée pour ne pas lâcher. Aller chercher l'or olympique à Tokyo en 2020. C'est tout le mal qu'on lui souhaite.

Samir Aït-Saïd à l\'entraînement, en septembre 2018.
Samir Aït-Saïd à l'entraînement, en septembre 2018. (PHOTO PHILIPPE JUSTE / MAXPPP)