Cet article date de plus d'onze ans.

Vacances de dernière minute, tendance de l'été 2012

Quels sont les nouveaux comportements touristiques des Français et les destinations en vogue cette année ? Eléments de réponse avec Jean-Baptiste Delsuc, directeur du tour opérateur TUI France (Nouvelles Frontières, Marmara, ...). Il répond à Céline Bayt-Darcourt.
Article rédigé par Célyne Baÿt-Darcourt
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (©)

En dépit d'un contexte
économique défavorable, les réservations enregistrées cette année ont été "plus fortes " que l'an dernier,
remarque Jean-Baptiste Delsuc, qui note une augmentation sensible des
réservations de "dernière minute ". Une tendance à la hausse qui s'explique
notamment par une météo catastrophique au début de l'été.

Les révoltes du printemps arabe ne semblent pas avoir
découragé les touristes de se rendre en Tunisie, ou les niveaux de réservation sont "équivalents " à ceux de l'année dernière et de 2010. En Egypte, "c'est différent ", souligne Jean-Baptiste Delsuc, mais aussi parce
que c'est la basse saison là-bas. Sur la partie balnéaire "c'est totalement
sécurisé
", assure le directeur du tour opérateur. Sur l'intérieur du
pays, "c'est un peu plus compliqué " et de manière générale, "on
a limité un certain nombre de circuits
", poursuit-il.

Pas de tourisme en revanche en Syrie, au Mali, au
Yémen en raison de l'insécurité sur place. "Aujourd'hui nous sommes
obligés de suspendre tous nos vols et toutes nos prestations dans ces pays là
",
explique Jean-Baptiste Delsuc. Le tourisme a reprise en revanche en Jordanie et
en Turquie, deuxième destination de l'été. Malgré la crise, la Grèce est également
dans le top 3 des destinations touristiques cette année. Le Qatar et les Emirats
arabes unis sont aussi des destinations qui commencent à être "tendance "...
surtout pour le shopping.

Pour ce mois-ci il reste encore un peu de place en Tunisie,
en Turquie et en Grèce, indique-t-il. La Sicile et la Corse affichent déjà
complet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.